Les cahiers de l'Islam


Jeudi 9 Mai 2013

Rencontre avec Sébastien Boussois

Dans la continuité de notre dossier thématique sur le devenir du "printemps arabe", la rédaction des Cahiers de l'Islam est allée à la rencontre de Sebastien Boussois, spécialiste des relations internationales, notamment du Moyen-Orient sur la question israélo-palestinienne. Il nous livre ici une analyse politique des événements survenus récemment dans les pays concernés par le "Printemps arabe".




Sébastien Boussois Docteur en sciences politiques, senior Advisor à l'Institut Medea (www.medea.be) , collaborateur scientifique de l'Institut d'Etudes Européennes/ REPI (Université Libre de Bruxelles) et du Centre Jacques Berque (Rabat), auteur de « Sauver la mer Morte, un enjeu pour la paix au Proche-Orient », Armand Colin, Paris, 2012. 
Vous retrouverez son blog ici

« La révolution doit apprendre à ne pas prévoir. »
Napoléon Bonaparte

 


Les Cahiers de l'Islam : L’Égypte et la Tunisie, deux pays symboles du « printemps arabe », sont traversés de nos jours par des crises politiques profondes, avec d’une part, en Égypte des manifestations quotidiennes contre le pouvoir des Frères musulmans et, d’autre part, en Tunisie l’assassinat de Chokri Belaïd et des divisions politiques apparues au sein du parti Ennahada à la suite de ce meurtre ; sans même parler des divergences sur le plan religieux que connaissent ces pays. Etait-ce prévisible ?

Sébastien Boussois : L’évolution de ces derniers mois dans les pays que vous citez était davantage prévisible que les mécanismes qui ont conduit à l’éviction des vieux dictateurs en Tunisie, en Egypte, et aussi en Libye. La réalité du terrain actuellement est moins encourageante que ce que certains ont bien voulu nous laisser croire, y compris de la part de certaines factions d’opposition laïques déterminées à renouveler le pouvoir dans ces trois pays, et ayant cherché l’appui occidental, et qui aujourd’hui tentent de gouverner. Il me semble qu’au-delà du choix à faire pour ces pays entre de nouveaux régimes « laïcs » (pour lesquels les peuples ont un très mauvais souvenir de ces trente dernières années en Egypte et en Tunisie) et le choix du retour du religieux et l’arrivée de l’islam politique pour clôturer ces chapitres noirs de l’histoire ne soit pas du tout une question religieuse mais bien purement politique. Les peuples qui ont renversé leurs dictateurs n’ont pas fait le choix de quitter une dictature pour entrer dans une nouvelle : ils aspirent à plus de liberté et aussi à plus de traditions et de rigueur en matière d’islam comme en politique. Ennhada comme les Frères musulmans sont donc parvenus aux affaires, sur plusieurs motifs (facteur religion rassurant, action sociale historique auprès du peuple, etc), et la démocratie naissante dans ces pays ne pouvait faire sans eux. Maintenant, on a découvert d’autres franges islamistes radicales comme le phénomène inquiétant des Salafistes contre lesquels les démocrates locaux se battent et qui génèrent un nouveau concept : celui des « islamistes modérés » acceptables par l’Occident. La priorité des nouveaux gouvernants, au-delà de la crise institutionnelle et de régime (nouvelles constitutions, redéfinition des pouvoirs public et privé, séparation des pouvoirs à institutionnaliser, question de la place de la religion dans l’espace public, lutte contre la corruption), est la question économique et les graves crises sociales que ces pays traversent. Il est donc absurde de dire que l’on s’attendait à ce que la transition démocratique se fasse dans le calme et rapidement : en revanche, beaucoup de chercheurs misaient sur l’échec prévisible des gouvernements incluant des islamistes au pouvoir pour résorber la crise économique et sociale. Et nous n’en sommes pas loin. Il faut respecter le jeu démocratique et il faudra tirer les leçons des premières années post-révolutionnaires : les « islamistes » ne sont pas plus compétents que les autres pour parvenir à la résolution de la crise. Les attaques croissantes contre le président Morsi en Egypte qui a tenté de s’emparer par la force de davantage de pouvoir il y a quelques mois et son échec à y parvenir sont le reflet d’une évolution positive et d’une conscientisation de la société civile. Les Egyptiens veulent récupérer ce pouvoir un temps confisqué par les généraux puis par les Frères élus. La société civile en Tunisie se bat pour ses droits et pour enfin récupérer les fruits de la révolution : face à l’assassinat lâche de Belaid, par contre, il y a des combats nobles gagnés qu’il est juste de mentionner comme symbole fort d’espoir : la relaxe la semaine dernière du doyen de la Faculté des Lettres de la Manouba, Habib Kazdaghli, face aux salafistes lors du procès qui lui était intenté en est un.

Barah Mikail, chercheur à FRIDE (Madrid) dans son ouvrage « Une nécessaire relecture du Printemps arabe » (éditions du Cygne, Paris, 2012) l’explique très bien : « Il y a lieu de se réjouir des soulèvements initiés par le monde arabe en 2011. Mais leurs conséquences et évolutions sont aussi à étudier avec beaucoup de recul. La satisfaction devant les exclusions de dictateurs et leaders autoritaires au profit d'une donne politique plus ouverte est légitime. Mais ce n'est pas pour autant qu'il faut voir dans le bouleversement soudain des scènes politiques nationales et régionales un mouvement à encourager sans calcul. Dans le cas du monde arabe notamment, la récupération politique reste de mise, et avec elle, le développement d'analyses et de perceptions qui passent souvent à côté de ce qu'il convient de réellement comprendre. Il faut noter bien entendu que le caractère salvateur des soulèvements arabes n'annule pas la présence de contre-forces et acteurs bien plus intéressés par une récupération opportuniste des événements que par leur inscription à la lumière de réalités et faits objectifs. »


Les Cahiers de l'Islam : Compte tenu de ces crises, certains craignent pour "l’avenir" du printemps arabe qui serait, selon eux, un « automne islamiste », et d’autres parlent déjà d’une usurpation de la volonté « populaire » par les partis politiques –laïques ou religieux. Dans ce contexte, quelle analyse faites-vous de l’état actuel et du devenir du printemps arabe ?

Sébastien Boussois : Je pense qu’il faut être nuancé. Bien sûr, peu de pays sur l’ensemble de la région ont réussi durablement à se débarrasser de leurs vieux démons.


Il est clair que l’emballement qui a eu lieu en Occident (sentiment souvent orientaliste et persuadé que seule la démocratie à l’occidentale peut fonctionner au Moyen-Orient, que la transition doit se faire rapidement, et que si elle ne se fait pas tout de suite, la seule voie est donc la révolution) a fait long feu. Si la démocratie est le moins mauvais des régimes, pour reprendre l’esprit d’Aristote, ou le pire des régimes à l’exception de tous les autres comme disait Churchill, il lui faut du temps pour s’y exercer de toute façon. On le voit bien dès les résultats des élections qui ont eu lieu en Egypte ou en Tunisie. On ne passe pas d’une non-élection à la démocratie en un jour. En Tunisie, près de 80% des jeunes ne sont pas allé voter. Ceux-là mêmes, qui ont pris une part fondamentale, dans la révolution, rejettent le processus démocratique de l’an I. L’emprise des islamistes dans les premiers scrutins post-révolutionnaires s’explique largement par ce travail de fond entrepris depuis des années contre les vieux pouvoirs laïcs, corrompus et usés et auprès des masses non initiées. Leur promesse de nettoyer le paysage politique de la corruption, de réinsuffler des valeurs d’islam plus justes et profitables pour l’ensemble de la société, ont bien sûr séduit le gros du peuple. A priori, l’exercice de l’islam politique sera transitoire, car comme dit plus haut, ils ne seront pas tant rejetés pour leurs positions et leur volonté de cadenasser les libertés, que leur impuissance à parvenir à la réalisation d’un véritable projet de société qui sorte les gens de la pauvreté, qui trouvent des solutions au chômage, des débouchés professionnels pour les jeunes diplômés, qui insèrent la femme au cœur du processus de renouvellement des élites dirigeantes ou du moins défendent la parité.
 


Les Cahiers de l'Islam : Ne faut-il pas voir dans ces crises multiples et diverses qui traversent le monde arabe (notamment l’Égypte et la Tunisie) des événements qui s’inscrivent dans la marche « normale » de nations à la recherche d’une identité politique nouvelle capable de garantir les idéaux de « liberté », de « justice sociale », etc. ? Au contraire, doit-on s’en inquiéter ?

Sébastien Boussois : Je pense qu’il faut s’en inquiéter. Mais qui est le « on » concerné » ? L’important est de laisser agir en interne les forces démocratiques, sans les influencer, ni vouloir les conseiller. Nos démocraties ne sont pas exemplaires et pas toujours des modèles. On voit bien que les problèmes auxquels souhaitent s’atteler les docteurs de la foi en Egypte, en Tunisie et ailleurs, se retrouvent aussi chez nous et en Israël : la corruption n’est pas une spécificité moyen-orientale et arabo-musulmane heureusement. C’est une chance pour la région de s’autonomiser de notre avis voire de notre assentiment.


Il faut donc s’en alerter mais laisser faire: et surtout ne pas prôner de façon irraisonnée le chaos dans tous les pays du Moyen-Orient et du Maghreb. Je pense qu’il faut suivre de près certains pays comme la Jordanie et le Maroc qui tentent une autre voie de modernisation et de transition démocratique. Plus lent, plus profond, plus structuré, le courant de « révolution interne » n’est pas qu’une révolution de palais et a plus le goût d’une transition réfléchie.

Le Maroc est intéressant à plus d’un titre. Il est indéniable que ce qui bouillonne au Maroc depuis l’arrivée de Mohamed VI il y a dix ans, mais surtout depuis son discours historique du 9 mars 2011 a été une étape majeure dans le règne du souverain qui sera celui de la transition vers la démocratie. La réforme en 2004 de la Moudawana, le code de la famille, était déjà en soi une révolution. Après l’abrogation de vieilles lois obsolètes comme celle qui imposait le mariage aux femmes violées, maintenait les femmes soumises à la volonté de leur père dans le choix du conjoint, il y a maintenant du neuf : polygamie désormais soumise à la décision du juge notamment si la femme est stérile, âge légal du mariage fixé à 18 ans, partage des biens entre les conjoints en cas de divorce, etc.

Le Maroc entre dans une nouvelle ère quoi qu’en disent les éternels critiques du Royaume, qui ne voient la transition démocratique possible en Méditerranée que par la violence ou la révolution. C’est un début. Il serait injuste en tant qu’Occidentaux, de jeter la pierre, et nuire aux membres de la société civile marocaine qui font un travail courageux et en profondeur et qui ont compris que le Maroc devait se transformer progressivement pour éviter le chaos.

Il faut donner du temps au temps. Je me souviens des propos de Deng Xiaoping, l’ancien dirigeant chinois responsables des Quatre Modernisations dans les années 1970, à qui l’on demandait si la Révolution française avait été un succès : il avait répondu qu’il était encore trop tôt pour le dire. C’est un beau message, qui signifie surtout, qu’avant d’avoir la confiance d’un tiers et de l’Occident qui voit avant tout ses intérêts dans une situation géopolitique qu’il méconnait totalement, les forces de renouvellement et de construction démocratiques dans la région doivent avoir confiance avant tout en elles pour déterminer une nouvelle vision pour leur pays et leurs sociétés.




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 3 Novembre 2014 - 22:40 La Tunisie après les élections