Les cahiers de l'Islam


Mercredi 8 Mai 2013

Sauver la mer Morte: Un enjeu pour la paix au Proche-Orient de Sébastien Boussois



Sauver la mer Morte: Un enjeu pour la paix au Proche-Orient  de Sébastien Boussois



Broché: 192 pages
Editeur : Armand Colin (31 octobre 2012)
Collection : Armand Colin / Recherches
Langue : Français
ISBN-10: 2200280467
Prix : 22€

Sébastien BOUSSOIS est docteur en sciences politiques, spécialiste de la question israélo-palestinienne et enseignant en relations internationales. Collaborateur scientifique du REPI (Université Libre de Bruxelles) et du Centre Jacques Berque (Rabat), il est par ailleurs fondateur et président du Cercle des chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO).
 

 Sous l’effet de l’explosion démographique et du réchauffement climatique, l’eau est devenue l’objet de toutes les convoitises. Dans l’aride Proche-Orient, les rapports entre les pays qui possèdent les sources d’eau, ceux qui en prennent le contrôle et ceux qui subissent sont complexes et tendus.

Autour de cette nouvelle perception des enjeux hydrauliques et politiques, le sauvetage de la mer Morte, le plus grand lac salé du monde, se révèle un cas pratique original. Carrefour des représentations historiques, mythologiques, religieuses, et géopolitiques, l’environnement de la mer Morte est désormais en grand danger : le détournement du Jourdain, l’industrie à outrance, et l’inadaptation des cultures au milieu désertique ont profondément fragilisé cet écosystème unique. Un projet pharaonique est présenté comme la solution à cette désintégration prévisible mais aussi à la raréfaction de l’eau dans la région : le canal mer Rouge mer Morte, porté par Israël, la Jordanie et, en partie, les Territoires palestiniens.

Fondé sur un important travail de terrain, cet ouvrage offre une toute nouvelle lecture des relations israélo-jordaniennes et israélo-palestiniennes. Et si le sauvetage de la mer Morte se révélait être, au nom d’un intérêt supérieur, un premier pas vers la résolution du conflit israélo-arabe ?

Préface de Henry Laurens





Nouveau commentaire :