Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Lundi 1 Août 2016

Les musulmans et l’État moderne : quel est le problème ?


Les musulmans ont clairement montré que la démocratie est compatible non seulement avec l’islam, mais aussi avec l’idée d’utiliser le pouvoir étatique pour bâtir un monde meilleur



Les musulmans et l’État moderne : quel est le problème ?

Mark Sedgwick est professeur au département des études culturelles et sociales à l’université d’Aarhus (Danemark). Auparavant, il a été professeur agrégé à l’université américaine du Caire (Égypte). Il a notamment publié Making European Muslims: Religious Socialisation Among Young Muslims in Scandinavia and Western Europe (2014), Muhammad Abduh (2009), Sufism: Saints and Sons (2005) et Sufism: The Essentials (2000). Cet article est tiré d’un texte plus long présenté lors d’un séminaire dans le cadre de la série de dialogues organisée par l’Institut d’étude des civilisations musulmanes de l’université Aga Khan (AKU-ISMC).

 

Un fonctionnaire électoral aide un électeur à appliquer de l’encre sur son doigt, dans un bureau de vote à Kuta, sur l’île touristique indonésienne de Bali, le 9/12/2015. L’Indonésie est la plus grande démocratie à majorité musulmane au monde.
Un fonctionnaire électoral aide un électeur à appliquer de l’encre sur son doigt, dans un bureau de vote à Kuta, sur l’île touristique indonésienne de Bali, le 9/12/2015. L’Indonésie est la plus grande démocratie à majorité musulmane au monde.


Les musulmans et l’État moderne : quel est le problème ?

Par Mark Sedgwick
Janvier 2016

Publication en partenariat avec Middle East Eye France

Traduction de l’anglais par VECTranslation.

La plus grande actualité politique dans le monde musulman reste l’auto-proclamation d’un califat basé dans certaines parties de la Syrie et de l’Irak. Ce dernier se présente comme la restauration d’une forme de gouvernement très ancienne. Une fois de plus, il semblerait que les musulmans se tournent vers le passé, et non vers l’avenir.

Mais en réalité, ce califat auto-proclamé, dont la capitale de facto a été établie à Raqqa, en Syrie, n’a pas grand-chose à voir avec les califats plus célèbres de Damas, Bagdad et Istanbul. Il s’agit vraiment d’un petit État centralisé avec une population homogène de sunnites arabophones, ce qui constitue un type d’État très moderne.

Les États modernes sont des États centralisés. Les États prémodernes tels que les califats classiques avaient un centre puissant mais n’étaient pas centralisés. Le calife partageait le pouvoir avec les membres de sa propre famille, les gouverneurs provinciaux, les cheikhs tribaux, les chefs de guildes et même les chefs de certaines familles notables. Le calife parlait arabe (ou turc ottoman), mais la plupart de ses sujets parlaient une autre langue. La politique était un processus d’équilibrage et de négociation entre des groupes puissants indépendamment.

Les États modernes ne fonctionnent pas de cette manière. Dans les États modernes, les structures centrales de l’État sont beaucoup plus puissantes que toute structure non étatique. Ceci peut servir de test pour déterminer si un État est moderne ou non. Selon ce test, 93 % des musulmans du monde entier vivent dans un État moderne. Il reste encore des pays musulmans prémodernes, dont certains sont très pauvres et d’autres très riches. Toutefois, ces États sont rares et seulement 7 % des musulmans du monde vivent dans l’un d’eux.

Puisque les structures étatiques centrales sont très puissantes dans les États modernes, la pensée politique moderne a produit trois idées importantes et des pratiques liées.

La première idée est de limiter le pouvoir de l’État. Le moyen le plus connu de faire cela est la démocratie, mais il en existe d’autres, dont la primauté du droit, et son proche parent, le constitutionnalisme. La démocratie est la norme dans la majeure partie du monde, mais d’autres méthodes de limitation du pouvoir de l’État central sont employées avec succès dans une grande partie de l’Asie orientale.

La deuxième idée consiste à neutraliser le pouvoir de l’État en ne faisant qu’un entre l’État et le peuple, en faisant en sorte que la culture de l’État corresponde à celle de ses citoyens. Dans la pratique, la langue est généralement considérée comme l’indicateur culturel le plus évident. Cette idée est à la base du nationalisme, l’une des forces les plus puissantes dans le monde moderne, et de l’État-nation, qui a remplacé l’empire multinational en tant que norme mondiale en seulement quelques générations.

La troisième idée est d’utiliser le pouvoir de l’État pour bâtir un monde meilleur. L’exemple le plus connu est le marxisme-léninisme, mais les systèmes de protection sociale que l’on trouve en Scandinavie constituent un exemple plus réussi.

Ces trois grandes idées existent toutes dans le monde musulman.

S’il existe une impression répandue qui veut que la démocratie et l’islam ne soient pas compatibles, une analyse approfondie montre néanmoins que ceci est en réalité faux. Bien que l’on puisse définir la démocratie de nombreuses façons, un test pragmatique permet de savoir si un État est une démocratie ou non, et consiste à voir comment le dirigeant actuel est devenu dirigeant en premier lieu. S’il ou elle a hérité de la position de son père ou l’a prise après avoir réussi un coup d’État militaire, alors l’État en question n’est pas une véritable démocratie, quel que soit le nombre d’« élections » organisées. S’il ou elle a acquis cette position à la suite d’une élection sans qu’intervienne quelque chose de semblable à un coup d’État militaire, alors l’État en question peut être classé au rang de démocratie. Une démocratie pas nécessairement parfaite, mais qui est tout de même une démocratie.

À l’heure actuelle, dix États musulmans majeurs réussissent plus ou moins ce test pragmatique ; ces derniers représentent 56 % de la population musulmane mondiale vivant dans des États musulmans (plutôt que de la population vivant au sein d’une minorité dans un État majoritairement non musulmans, comme l’Inde ou la Chine). La démocratie ne constitue donc pas l’expérience universelle des musulmans des quatre coins du monde ; toutefois, plus de musulmans dans les États musulmans vivent dans un État démocratique que dans tout autre type d’État.

Le nationalisme a également eu un impact énorme sur les musulmans. Vingt pour cent de la population musulmane mondiale vit dans seulement deux États, le Pakistan et le Bangladesh, qui doivent leur existence à l’idée que la culture de l’État doit correspondre à celle de ses citoyens. En Europe, dans une période antérieure, la langue et la religion coïncidaient généralement ; cependant, en Asie du Sud, ce n’était pas le cas et il a fallu faire un choix. C’est la religion qui a été choisie.

Ailleurs, 73 % de la population musulmane mondiale vit dans un pays ayant fait partie à un certain moment de l’histoire d’un empire multinational européen, dont l’effondrement est fortement lié à l’acceptation universelle du principe d’autodétermination nationale. Le nationalisme a donc eu un impact énorme sur la vie des musulmans.

L’idée d’utiliser le pouvoir de l’État moderne pour bâtir un monde meilleur est à la base de l’idée classique de l’État islamique. Il existe beaucoup de façons de définir l’État islamique, et dans un certain sens, tout État à majorité musulmane est un État islamique, dans la mesure où sa culture reflète inévitablement l’islam et où la charia a une certaine autorité sur ses citoyens, en déterminant par exemple quand et comment ils doivent faire le salat (prière) ou jeûner.

Une façon pragmatique de définir un État « vraiment » islamique serait de parler d’un État où la charia a autorité sur l’État lui-même et pas seulement sur les citoyens individuels. Cette définition exclut le Pakistan, puisque même s’il se présente comme une république islamique et reflète certaines normes islamiques dans ses lois, aucun mécanisme institutionnel ne permet à la charia d’exercer un contrôle sur l’État pakistanais.

Sur la base de cette définition, il apparaît que seulement 7 % des musulmans du monde vivent dans seulement trois États « vraiment » islamiques : l’Iran, l’Arabie saoudite et (peut-être) le califat de Raqqa. L’État islamique ne fait ainsi pas partie de l’expérience de la grande majorité des musulmans.

La plus grande actualité politique dans le monde musulman reste l’auto-proclamation du califat de Raqqa ; toutefois, on fait grand bruit de cette nouvelle parce qu’elle est spectaculaire, non pas parce qu’elle est typique de quelque manière que ce soit.

Ce qui est typique chez les musulmans, ce n’est pas l’État islamique ou l’État prémoderne (bien que ces deux entités existent), mais la démocratie et le nationalisme. De même, les musulmans ont clairement montré que la démocratie est compatible non seulement avec l’islam, mais aussi avec l’idée d’utiliser le pouvoir de l’État pour bâtir un monde meilleur et plus islamique. Si la version islamique de la révolution marxiste-léniniste pure et dure existe à Raqqa, la version islamique de la social-démocratie existe dans beaucoup d’autres endroits. Toute démocratie à majorité musulmane comprend au moins un parti politique qui se définit dans des termes islamistes et qui participe normalement au processus politique normal.

La perception selon laquelle les musulmans se tournent vers le passé est ainsi erronée, tout comme la perception selon laquelle l’islamisme est le gros problème des musulmans et la démocratie et l’islam ne sont pas compatibles. L’absence de démocratie et l’absence d’État moderne sont bien des sources de problèmes tout à fait réels pour certains musulmans, mais ne posent aucun problème pour la plupart des musulmans.

En réalité, aujourd’hui, le problème pour les musulmans est toujours le nationalisme, tout comme cela l’était en 1948. Vingt pour cent des musulmans vivent dans un vaste pays non musulman avec une importante minorité musulmane, et dans chacun de ces pays, il y a une région où les musulmans forment une majorité locale. Dans toutes ces régions, sauf une, une certaine forme de conflit se joue actuellement. Et dans presque tous les États musulmans avec une importante minorité confessionnelle, qu’elle soit chiite ou sunnite, un conflit est en cours à l’heure actuelle. Voilà le problème politique le plus grave auquel les musulmans d’aujourd’hui sont confrontés.
 




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 12 Novembre 2017 - 14:10 La maison des Saoud- documentaire ARTE