Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Mardi 1 Septembre 2015

Lectures contemporaines du droit islamique. Europe et monde arabe



Publication en partenariat avec IESR-Sorbonne .
 

FRÉGOSI Franck (dir.), Lectures contemporaines du droit islamique. Europe et monde arabe, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2004, 256 p.


 

Outre F. Fregosi, dix autres auteurs ont présenté des contributions : sept chercheurs CNRS et deux personnalités : Tareq Oubrou, recteur de la mosquée de Bordeaux et Mohammed Al- Midani membre d’une association arabe pour les droits humains.

La présence de 9 à 12 millions de musulmans en Europe, l’institutionnalisation de leur culte, rendent nécessaire la connaissance du droit musulman tant en contexte musulman qu’en Europe même. Les communications réunies dans l’ouvrage ont été présentées lors d’une journée d’étude (2000), réactualisées, et classées en trois parties.

Dans la première, sur le « statut et les sources du droit musulman », Mohsen Ismaïl présente le fiqh, œuvre de jurisprudence très conservatrice couvrant le vaste champ des pratiques (ibâdât), des relations sociales, le respect des prohibitions. Ses sources fondamentales (Coran, hadîth) sont distinguées des sources « rationnelles » (ijmâ et déduction par la méthode des quiyâs) et des sources annexes, l’opinion du juge et lescoutumes locales(le ‘urf). Éric Chaumont fait une mise au point sur la question d’actualité de la « fermeture de l’ijtihâd ». Hervé Blanchot donne un inventaire des publications en langue française disponibles dans les librairies islamiques en France. Cette production qu’il juge dépourvue d’originalité, est classée en cinq catégories.

La deuxième partie précise l’articulation entre le droit interne à l’islam et le droit des États dans le monde arabe actuel et en Europe. Yadh Ben Achour, montre que les codifications -d’une grande variété- sont un « enjeu » crucial dans la vie des États musulmans. Franck Frégosi décrit le processus d’intégration des musulmans en Europe : dans la vie quotidienne notamment, les systèmes normatifs des sociétés européennes remplacent les cadres de références du droit islamique. Mohammed Al-Midani analyse la position du droit musulman sur la question des droits de l’homme en se fondant sur deux déclarations (donnée en annexes) et conclut sur la compatibilité de la plupart des dispositions avec la Sharî‘a.

La dernière partie développe quelques problématiques contemporaines et les principaux enjeux. Bernard Boliveau décrit l’évolution des interprétations depuis les années 1980 : renouvellement des thématiques, recul du monopole des autorités traditionnelles. Tareq Oubrou ouvre des perspectives sur un nouveau concept « la Sharî‘a des minorités » qui faciliterait l’intégration légale de l’islam en Europe. Jean Robert Henry dresse un tableau de l’enseignement du droit musulman en France.

POints forts

  • Remise en cause d’idées reçues sur le droit musulman : le « mythe » de la fermeture de l’ijtihâd comme cause de l’ankylose » des sociétés musulmanes. Cette notion, forgée par les orientalistes occidentaux au tournant du XIXe-XXe siècles, est aussi très répandue chez des intellectuels musulmans qui attribuent les maux des sociétés musulmanes à la « décadence de l’ordre légal » Le chapitre 2 tente de dissiper le « malentendu » sur la prétendue « fermeture » de la « porte » de l’ijtihâd
  • Une clarification de nombreux concepts fondamentaux dans le droit islamique : la distinction entre sharî ‘a et fiqh (voir en Mohsen Ismaïl : « Les normes juridiques en islam »).
  • Une contribution nourrie d’arguments et d’exemples sur l’insertion de l’islam dans le pluralisme religieux en Europe : son institutionnalisation ; la problématique de la situation de diaspora des musulmans : quelle est la part des normes intégratrices de l’islam ? Assiste-t-on à une érosion des normes législatives ou, au contraire, à un repli sur une communauté structurée cherchant à préserver l’essentiel de ces normes ?
  • La position du droit islamique sur la Déclaration universelle des Droits de l’homme (1948) et la présentation de textes peu connus donnés en annexes : les deux déclarations adoptées par l’OCI (Organisation de la Conférence islamique) de 1983 (Dacca) et 1990 (Le Caire) et la Déclaration islamique universelle des Droits de l’Homme du Conseil islamique d’Europe (organisation non gouvernementale, créée en 1981).




Nouveau commentaire :