Les cahiers de l'Islam
Jeudi 28 Août 2014
Mercredi 13 Février 2013

« Laissons prier les musulmans ! » (Rapport de Thierry Tuot, conseiller d'État)



« Retirons ces prétextes : laissons à l’islam (aux islams, nous n’avons pas à trier) toute sa place de grande religion, laissons son culte se déployer, respectons la pleine liberté de ses croyants. Et cessons de confondre quelques malades mentaux, hélas sans confession, qui – comme hier nos anarchistes – croient que tuer des innocents est un mode d’action politique, avec la religion. » (Thierry Tuot )

« Non, l’islam ne génère pas le terrorisme, il n’est pas inscrit dans ses gènes. Comme toute religion et comme aucune n’y a fait exception, l’histoire le montre assez, elle a ses obscurantistes et ses fanatiques... » (Thierry Tuot)
« Laissons prier les musulmans ! » (Rapport de Thierry Tuot, conseiller d'État)

Le conseiller d'État, Thierry Tuot, a remis ce lundi 11 février son rapport, intitulé "La refondation des politiques d'intégration", au Premier ministre. Ce rapport, d'une centaine de pages, va l'encontre des discours politico-médiatiques sur l'islam et les citoyens musulmans en France. L'auteur y dénonce, par exemple, le « délire » de certains esprits sur la « question musulmane ». La « question musulmane », une pure invention pour Thierry Tuot. Elle a servie à l'émergence d'un « laïcisme de combat, furibond et moralisateur » qui « mêle dans un étrange ballet les zélotes des racines chrétiennes de la France, qu’on n’attendait pas au chevet du petit père Combes, et républicanistes tout aussi intégristes, qui semblent n’avoir de la liberté qu’une idée terrifiée, où, hélas, souvent terrifiante ».

 Refusant le politiquement correct, le conseiller d'État invite à un « devoir d'intelligence » et à un refus du sectarisme idéologique sur les questions relatives à l’islam et aux citoyens de confessions musulmanes. C’est dans cet esprit, que Thierry Tuot traite du problème des « Carrés musulmans dans les cimetières », de la question des « lieux de cultes », sans oublier la « laïcité » et ses possibles interprétations. Une laïcité que l’auteur veut ouverte, dépassionnée et loin de tout dogmatisme.

Mais ce rapport n’est pas un réquisitoire, l’auteur ne se contente pas de constater l’échec de la fameuse « politique d’intégration à la française », il propose, à titre d’exemple, des réformes à mener pour une meilleure reconnaissance des citoyens musulmans en France : favoriser l’ouverture des Carrés musulmans dans nos cimetières (ici les chiffres parlent d’eux-mêmes, plus de la moitié des musulmans décédés en France se font enterrer dans les pays d’origines.  Après le « mariage pour tous  », un "Enterrement digne et respectueux pour tous ?". Thierry Tuot le réclame, nous pensons qu’il n’a pas tort).

Voir ci-dessous des extraits provenant du dudit rapport - relatifs à l’islam et aux citoyens musulmans en France-; il est possible de télécharger le rapport dans son intégralement sur le Portail du Gouvernement, voir plus bas.
 
                                             Extraits (les citations tirées du rapport sont en italique)


Le devoir d’intelligence sur la « question musulmane » :

Le devoir d’intelligence vise en premier lieu à inviter chacun à considérer sans a priori le fait religieux au XXIe siècle et à prendre connaissance des faits. Très généralement nous ignorons désormais à peu près tout des religions, notamment de celles historiquement prédominantes sur notre sol – judaïsme, et christianisme dans ses versions protestantes et catholiques, elles mêmes ramifiées amplement. Nous ignorons encore plus l’islam et ses innombrables variantes, présenté comme une religion monolithique alors qu’elle est traversée de courants et d’oppositions plus encore peut-être que tout autre, sans compter le bouddhisme, et ses branches, et quelques autres religions… L’idée même qu’un comportement – alimentaire, vestimentaire, entre autres, – puisse être dicté par une croyance nous est devenue étrangère.

 
La sécularisation : Thierry Tuot dit non à une laïcité dogmatique et anti-religieuse

La sécularisation de notre vie sociale rend tout geste d’inspiration religieuse étonnant et, par suite, incompris, dérangeant et suspect. Commençons donc par comprendre et connaître. Il ne s’agit pas de restaurer l’éducation religieuse à l’école, mais d’instiller dans la société entière, en commençant d’ailleurs par la classe politique, la connaissance du fait religieux.  Le devoir d’intelligence impose ensuite ce que nous cessions de faire des contresens historiques, en recyclant les valeurs des années 1900 pour traiter les problèmes des années 2000.
La laïcité, n’est pas, comme d’ailleurs tous les grands principes constitutionnels, un état figé du droit, mais un principe de morale publique qui structure une action publique. Elle n’est pas une condamnation de la religion, ou une interdiction, elle est avant tout l’affirmation la plus nette de la liberté : liberté de croyance, sans laquelle aucun état n’est digne du nom de démocratie ou de république ; liberté de culte, dans toutes ses dimensions – privée et publique, individuelle et collective, avec un clergé ou de doctes initiés ; et liberté, corrélative, de même valeur, de ne pas croire, donc ne pas participer au culte ; liberté de clamer sa foi et de tenter d’y rallier autrui (encore que si les dieux existent, la nécessité de recourir pour eux à des rabatteurs rend perplexe quant à la portée de leur toute puissance…), liberté de critiquer, et de juger la religion d’autrui. La liberté est un risque permanent, il n’y a que les dictatures qui soient confortables – mais nous sommes un grand peuple qui ne craint rien de la liberté – ni que telle religion la diminue, ni que les cultes la réduisent.
 

L’indiction de la Burqa et le slogan « la République se vit à visage découvert » :

D’abord, nous pouvons regarder ensemble la réalité plutôt que les fantasmes. Qu’on sache, aucun mouvement de fond n’est venu exiger que les femmes de confession musulmane puissent déambuler en Burqa. C’est le gouvernement qui a décidé de cibler les quelques femmes ainsi vêtues pour les dévêtir de la toute-puissance de la loi, inventant ce slogan, qui laisse encore perplexe, selon lequel la République se vit à visage découvert (à supposer qu’un mode politique d’organisation “se vive”, le rapport avec le visage des citoyens, a fortiori de ceux qui ne sont pas des citoyens, échappe au sens. Pour l’essentiel, la revendication fondamentale des religions, islam compris, est qu’on leur fiche la paix – ce qui est à peu près ce que veulent d’ailleurs ceux qui ne les pratiquent pas à leur encontre. Il est possible que telle ou telle confession ait des vœux supplémentaires, entendons-les, plutôt que de leur prêter des intentions.


Éviter les amalgames idéologiques : l’islam n’est pas le terrorisme

Non, l’islam ne génère pas le terrorisme, il n’est pas inscrit dans ses gènes. Comme toute religion et comme aucune n’y a fait exception, l’histoire le montre assez, elle a ses obscurantistes et ses fanatiques. Il semble qu’aucun dieu n’ait oublié la bêtise dans sa création. À cela aucune pitié de notre part, bien sûr : mais ils sont dans notre pays, rares, minoritaires, et sans rapport aucun avec l’islam. Considérant l’islam comme une religion paisible et respectable, on incitera peu à peu les jeunes en mal d’identité à trouver ailleurs, inch Allah, de quoi marquer leur rage. Si elle se portait dans l’arène politique, elle y serait mieux employée. Réfléchissons à subordonner les concours publics ou partis, syndicats, et associations, aux adhésions venues des quartiers !

 
Des carrés musulmans dans les cimetières :

Diagnostic : Bien qu’elles ne l’interdisent pas, les dispositions législatives relatives à la police des cimetières sont souvent utilisées pour dénier aux musulmans le droit de procéder à l’enterrement dans des conditions conformes aux consignes de leur religion.
….

Sait-on que parmi nos compatriotes musulmans issus de l’immigration, le retour au pays est massif ? Que les zélateurs de la xénophobie ne s’en réjouissent pas, ce ne sont que les morts qui repartent. L’islam exige qu’on enterre ses fidèles d’une certaine manière et en terre consacrée, et la République, qui a construit l’espace public en le laïcisant, parfois à outrance, refuse de facto qu’on pratique sur le sol des cimetières les rites qui rendraient l’enterrement possible. La même religion exige qu’on enterre au plus vite les défunts. Mourir en France, pour un musulman, c’est donc imposer à la famille l’évacuation la plus rapide possible des cercueils hors des frontières.
 
Proposition : Disposition législative, élaborée après concertation entre les représentants des différents cultes et les maires (compétents pour la police des cimetières et l’octroi des concessions), permettant de conférer une base légale explicite à la pratique dite des “carrés musulmans” comme à d’autres pratiques au profit d’autres cultes.

__________________________

Télécharger le rapport de Thierry Tuot : La refondation des politiques d'intégration




Nouveau commentaire :



LinkedIn
Facebook
Twitter
Academia.edu
ResearchGate



Recherche





Notre newsletter





Vient de paraître
Gouverner en terre d’Islam Xe-XVe siècle
DE GAZA À JÉNINE (2E ÉDITION)
Au coeur de la Palestine
Contester au Mali (Johanna Siméant)
VERS LE DÉCLIN DE L'INFLUENCE AMÉRICAINE AU MOYEN-ORIENT ?
La Guerre de la France au Mali
L'islam, un ennemi ideal
Al-Qaïda en France
L’islam à l’île de la Réunion
Au péril des idées — Edgar Morin et Tariq Ramadan