Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Vendredi 28 Juillet 2017

Mathématiques : le destin hors norme de Maryam Mirzakhani, première lauréate de la Médaille Fields (France Culture)


DÉCÈS : Victime ce samedi à seulement 40 ans d'un cancer, Maryam Mirzakhani fut la première mathématicienne distinguée par la plus prestigieuse récompense dans sa discipline. Née à Téhéran, elle était passée par les plus célèbres universités américaines.



Maryam Mirzakhani• Crédits : STANFORD UNIVERSITY/HANDOUT/EPA - Maxppp
Maryam Mirzakhani• Crédits : STANFORD UNIVERSITY/HANDOUT/EPA - Maxppp


Publié le 16 juillet 2017
France Culture

Par Eric Chaverou
Plus je passais de temps à faire des maths, plus j'étais heureuse.", confiait encore jeudi dernier dans son ultime post Facebook celle qui rêvait pourtant initialement de devenir écrivain.

Spécialiste de la géométrie des formes inhabituelles

Autre curiosité dans sa vie : son domaine de prédilection. Sa passion pour la géométrie des formes inhabituelles (de la dynamique et de la géométrie des surfaces dites de Riemann) lui a fait découvrir de nouvelles façons de calculer les volumes d'objets avec des surfaces hyperboliques, comme une selle de cheval. Et fait inédit, cette jeune femme discrète remporta trois médailles d'or aux Olympiades internationales de mathématiques deux années de suite, avec un "sans faute" pour sa seconde distinction, en 1995. Ce alors qu'aucune femme n'avait jamais fait partie de cette équipe iranienne.

Aaprès un master en Iran à l'Université Sharif, elle quittera son pays pour affirmer son génie aux Etats-Unis. Selon le Guardian, elle soulignera les difficultés de l'Iran à conserver ses "cerveaux". Et elle vient aussi d'échapper à la mort, en 1998, de retour d'une compétition de mathématiques avec son équipe universitaire. Son bus a un accident dans la ville de Ahwaz : deux chauffeurs et sept de ses camarades meurent.

Elle débute à Harvard avec des notes en farsi ponctuées de quelques questions en anglais ! Mais elle brillera par son doctorat en 2004. Sa thèse est qualifiée de "chef d'oeuvre" par le Stanford News. "La plupart des mathématiciens ne produiront jamais quelque chose d'aussi bon (...). Et elle l'a fait dès sa thèse", avait estimé à l'époque le professeur de mathématiques de l'université de Chicago Benson Farb. Le médaille Fields 1998 Curtis McMullen, qui a dirigé cette thèse, évoque "une ambition sans peur".


Retrouvez l'intégralité de cet article sur le site de France Culture.
 






Nouveau commentaire :