Les cahiers de l'Islam


Vendredi 8 Mars 2013

Tunisie : la révolution et ses passés (Nicolas Dot-Pouillard)



Tunisie : la révolution et ses passés (Nicolas Dot-Pouillard)






Editeur : L'Harmattan
Collection : « Bibliothèque de l’iReMMO
Nombre de pages : 124
Date de parution : mars 2013

   Deux ans après le départ du président Ben Ali, la fissure entre l’idéal révolutionnaire et le désenchantement démocratique semble croissante. La révolution tunisienne a mis au jour trois césures fondamentales. La première est en un sens la fracture bourguibiste : tous les comptes ne sont pas soldés avec le passé. La seconde touche à la question religieuse et identitaire. L’arrivée d’Ennahda au pouvoir a réveillé des spectres enfouis. La dernière est enfin régionale et sociale. La différenciation entre les côtes et les provinces intérieures apparaît d’abord comme une structure sociale discriminante bien antérieure aux années Ben Ali. En Tunisie, une étrange dialectique est ainsi à l’oeuvre. Il y a une politique et un social fissurés, car il y a bien remontée(s) de l’histoire, à l’heure même où la thématique révolutionnaire put apparaître comme le symbole d’un nouveau absolu et d’une unité faussement promise. Si la révolution tunisienne a bien ouvert sur de nouveaux possibles, ses fractures présentes sont aussi ancrées dans les paradigmes passés.

Nicolas Dot-Pouillard est aujourd’hui Chercheur à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO), à Beyrouth. Docteur en sciences politiques diplômé de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), il a également enseigné à l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK), au Liban, et a été Senior Analyst pour l’International Crisis Group (ICG) en Tunisie.


                                                                  Table des matières

● ● ● Avant-Propos
De nouvelles conflictualités ?
La révolution tunisienne : une actualisation du passé

● ● ● Les quatre actes de la révolution tunisienne
Une genèse révolutionnaire disputée
Le dilemme transitionnel : continuité ou rupture
Un changement contenu
Le gouvernement Jebeli : un constat d’échec ?

● ● ● Un passé toujours présent : les spectres de Bourguiba et de Ben Ali
Une justice inaccomplie
Parti de la dictature et de l’indépendance
Un spectre néo-bourguibiste renaissant

● ● ● Des peurs en miroirs : la polarisation identitaire
Ennahda : une pensée non monolithique
Les contradictions structurelles du mouvement islamiste
Comment traiter avec les islamistes ? Un registre des peurs et des passions
Une ambigüité fondatrice

● ● ● La Tunisie de la colère non-éteinte
Une géographie historique du pouvoir
Libéralisme et approfondissement des inégalités spatiales
Mobilisations et désintégrations sociales
Découplage entre le social et le politique

● ● ● Conclusion

● ● ● Bibliographie
 




Nouveau commentaire :