Lundi 11 Février 2013

Gamal al-Banna (1920-2013) : « La crise réside dans l’immobilisme de la pensée islamique »


Nous publions ci-dessous le texte d'un entretien accordé par le regretté Gamal al-Banna, à Al-Ahram Hebdo (en 2005), sur la crise de la pensée islamique. Dans cet entretien, le défunt théologien faisait le point sur les obstacles majeurs à un renouveau de la pensée musulmane à notre époque. Des obstacles qui restent d'actualité...



Gamal al-Banna - écrivain et penseur islamique moderniste, souvent contesté par les cercles traditionnels, estime qu’une réelle réforme du discours religieux nécessite l’élaboration d’une interprétation moderne du Coran (légende publiée par Al-Ahram Hebdo)
Gamal al-Banna - écrivain et penseur islamique moderniste, souvent contesté par les cercles traditionnels, estime qu’une réelle réforme du discours religieux nécessite l’élaboration d’une interprétation moderne du Coran (légende publiée par Al-Ahram Hebdo)
Al-Ahram Hebdo : La nécessité de moderniser ou de changer le discours religieux fait la une à l’heure actuelle. Comment l’expliquez-vous ?
 
Gamal Al-Banna : Cette demande de changement est tout à fait raisonnable. A mon avis, le discours religieux actuel n’est pas seulement stérile, mais aussi mauvais. Il a besoin d’être renouvelé, d’urgence. Il déforme l’islam en se basant dans son interprétation sur la dualité effroi et tentation : la peur de l’enfer pour les désobéissants et la grâce du paradis pour les pratiquants. Ceci néglige les revendications de l’époque et s’éloigne du but principal de l’islam, à savoir l’être humain. En fait, la demande du changement ne date pas d’aujourd’hui. Elle remonte au siècle précédent, quand des novateurs comme Al-Afghani et Mohamad Abdou ont invité à introduire des méthodes rationnelles en matière de jurisprudence musulmane. Mais, à cette époque, cet appel n’a pas trouvé d’écho auprès de la société ni dans les institutions religieuses comme Al-Azhar.


Et à l’heure actuelle, ces demandes ont-elles plus d’impact ?

Il est évident qu’aujourd’hui, plusieurs phénomènes nous incitent fortement à nous diriger vers la voie du changement. Prenez comme exemple les prêches du vendredi, dont la plupart abordent toujours des discours basés sur des superstitions et qui n’ont aucune référence ni dans le Coran, ni dans les traditions du prophète comme le châtiment que devra encourir le mort dans sa tombe. On ne tient pas compte des exigences de l’époque et du quotidien des gens. De plus, les contenus des manuels scolaires en matière de religion aussi bien que les programmes télévisés ont tous besoin d’être renouvelés.

Comment envisagez-vous ce renouvellement du discours religieux ?

Ce renouvellement doit se baser essentiellement sur le retour à l’esprit de l’islam. On doit le rechercher directement dans le Coran sans être influencé par les interprétations précédentes, y compris la toute dernière, celle de Saïd Qotb , le maître à penser des Frères musulmans. Toutes ces interprétations ont déformé le Coran en lui imposant la culture de l’exégète. Or, celui-ci a toujours subi l’influence de son époque.
En fait, la crise réside ici dans l’immobilisme qui a affecté la pensée islamique. Il remonte au Xe siècle, quand l’ijtihad (effort d’interprétation personnelle) a été mis au ban. La cause essentielle de cet immobilisme se trouve aussi dans le fait que certains considèrent que c’est un péché grave de se libérer des anciennes écoles de jurisprudence et de s’efforcer d’effectuer de nouvelles interprétations du Coran. A mon avis, la véritable réforme commence par le fait de se libérer de ces doctrines anciennes qui dominent la pensée islamique et celle de tous les prédicateurs et les institutions islamiques.


Que pensez-vous de ces nouveaux prédicateurs, notamment Amr Khaled, et la méthode par laquelle ils présentent le discours religieux ?

Tous ces nouveaux prédicateurs n’ont pas réussi jusqu’à présent à réaliser le renouvellement religieux souhaité. Ceux-ci reçoivent seulement l’étiquette de prêcheurs modernes. Quant au contenu de leur prêche, il est toujours traditionnel. Ils sont aussi influencés dans leur discours par les interprétations des Anciens. La nouveauté qu’ils présentent réside seulement dans la méthode embellie et très modernisée avec laquelle ils abordent leur prédication, soit sous forme de talk-shows diffusés sur des chaînes satellites, soit sous forme de cassettes audio et vidéo ou à travers des sites Internet. C’est un renouvellement dans les moyens mais pas dans le fond. En d’autres termes, c’est un renouvellement de pure forme.

Qui peut présenter ce nouveau discours religieux ?

Le malheur réside ici en ce que l’élite intellectuelle, la première supposée à opérer cette modernisation, est très éloignée du champ de l’islam. Sa culture est souvent occidentale. Elle peut avoir aussi des orientations communistes et gauchistes totalement éloignées de toutes les religions. D’ailleurs, l’Etat l’instrumentalise puisque c’est lui qui contrôle les médias. Quant aux institutions religieuses, représentées essentiellement par l’Université d’Al-Azhar, elles refusent totalement l’idée du changement. Mais pourquoi se renouveler, puisqu’elle jouit d’une telle considération au sein du monde arabe et islamique ? La culture de tous les professeurs d’Al-Azhar est ancestrale. Il existe, il est vrai, un petit nombre de penseurs islamiques qui ont de bonnes idées concernant le changement du discours religieux, malheureusement leurs activités ne sont pas toujours vues d’un bon œil par le gouvernement ni par les institutions religieuses. Ceux-ci sont incapables d’élaborer des réformes puisqu’ils vivent toujours dans le risque d’être emprisonnés ou renvoyés de leur travail.
Je vais prochainement publier un livre intitulé Le Renouvellement de l’islam et la révision du système du savoir islamique. Celui-ci va poser les points essentiels d’un changement. Mais comme c’est toujours le cas, je prévois qu’il ne sera pas bien accueilli de part et d’autre.


Mais on a entendu dernièrement des responsables parler de réforme religieuse ...

A mon avis, ces paroles n’ont aucune valeur. Elles ont seulement pour but d’anesthésier le peuple, ainsi que tous ceux qui réclament la réforme qu’ils soient à l’intérieur ou à l’extérieur. C’est la manière classique à laquelle a recours le gouvernement pour répondre aux doléances en matière de droits de l’homme, réforme politique et lutte contre la corruption.
 
Propos recueillis par Aliaa Al-Korachi






LinkedIn
Facebook
Twitter
Academia.edu
ResearchGate



Recherche





Notre newsletter





Vient de paraître
Contester au Mali (Johanna Siméant)
VERS LE DÉCLIN DE L'INFLUENCE AMÉRICAINE AU MOYEN-ORIENT ?
La Guerre de la France au Mali
L'islam, un ennemi ideal
Al-Qaïda en France
L’islam à l’île de la Réunion
Au péril des idées — Edgar Morin et Tariq Ramadan
L'horreur médiatique, par Jean-François KAHN
"Petit precis d'islamisme : des hommes, des textes et des idees"