Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Samedi 30 Novembre 2013

Comment maitriser sa colère ?


A trois reprises, le prophète Mohammed avait insisté sur l'importance de maitriser sa colère. Pourtant, combien sommes-nous à ne pas savoir gérer cette émotion et encore moins à en connaître les vertus. Malika Ziri, coach en développement professionnel et personnel revient sur les origines de la colère et sur sa gestion.




Par Malika Ziri *


La colère est une émotion qui permet d’agir, de nous protéger, de dire non lorsque cela s'avère être nécessaire. Elle est un garde-fou, qui protège notre territoire, notre environnement, notre identité et nos valeurs. La vivre ne veut pas dire que nous devons agir de façon agressive, en criant, gesticulant, sous prétexte que c’est une émotion difficile à contrôler. Il s'agit au contraire de reconnaître sa présence et d'agir de façon raisonnable, tempérée pour être dans la maîtrise de soi. Cette dernière n’est pas toujours à la portée de tout le monde. Elle exige du courage, de la patience et une force de caractère, car, "la colère est le mouvement de l’âme, le plus difficile à maîtriser" [1] . Et ce n'est pas anodin si le prophète Mohamed a désigné la maitrise de cette émotion à un acte plus courageux que celui de combattre sur un champ de bataille. Mais dompter son âme, n’est pas chose aisée lorsque l’on n’a pas appris à le faire. L’émotion est inconsciente, et immédiate et se manifeste sans faire d’efforts de réflexion. Elle est programmée en nous pour se manifester, dès lors que nous nous sentons bafoués dans  notre être. 
Comment maitriser sa colère ?


Qu’est-ce qui explique ce phénomène ? Selon les recherches du docteur Zillmann concernant le mécanisme et la physiologie de la colère qui ont été mentionnées dans le livre de Goleman « l'intelligence émotionnelle », "lorsqu’un individu est déjà énervé et qu’un événement provoque un débordement émotionnel, la colère ou l’angoisse qui s’ensuit est particulièrement intense. Ce mécanisme entre en action lorsque quelqu’un devient furieux. Zillmann voit dans l’escalade de la colère, une suite de provocations, chacune déclenchant une réaction d’excitation, qui s’amortit lentement. Dans cette séquence, chaque pensée ou perception se forme avant que l’effet de la première se soit amorti, puis une troisième et ainsi de suite, chaque vaque chevauche l’écume de la précédente, faisant monter rapidement le niveau d’excitation de l’organisme. Une pensée qui surgit lorsque ce processus d’escalade est bien avancé déclenche une bouffée de colère bien plus violente que celle ayant alimenté le mécanisme à ses débuts. La colère se nourrit de la colère ; le cerveau émotionnel s’enfièvre. Arriver à ce stade l’individu ne peut plus pardonner…"  »[2]. Ce mécanisme qui se met en place a été confirmé par Abu Hamid Al Ghazali dans son livre « revivification de la spiritualité musulmane ». Il dit : "sache également, que lorsque le feu de la colère s’enflamme et s’attise, il aveugle l’homme et le rend sourd à toute exhortation, parce que la colère remonte jusqu’au cerveau et envahit les foyers de la pensée et il arrive même qu’elle envahisse les foyers de la sensation. Tout devient sombre pour cet homme qui ne parvient plus à voir avec ses yeux ; le monde entier s’assombrit devant lui et son cerveau devient comme une caverne qui a pris le feu ; son atmosphère est noircie, son enveloppe est brûlante, son espace est rempli de fumée, le cierge qui y brûle est éteint, son sol n’est plus ferme, on n’y entend aucune parole, on n’y voit aucune forme et rien ne peut éteindre ce feu brûlant. Voilà ce que la colère provoque dans le cœur et le cerveau. » [3] Lorsque l'on atteint un certain niveau d’énervement, la colère n’est donc plus maîtrisable. Elle nous empêche de raisonner. 

Or pour arriver à un stade où l'on peut réfléchir, et utiliser sa raison, nous devons avant tout, prendre le temps de se calmer pour retrouver ses esprits. Éventuellement, sortir de la pièce où l'on se trouve, marcher, respirer lentement, se détendre, s’allonger, etc.. Ou faire ses ablutions selon la parole du prophète Mohamed :« La colère provient de Satan. Et Satan a été créé de feu. Que celui d’entre vous qui se met en colère fasse ses petites ablutions ». A cet effet,  Abu Hamid Al Ghazali illustre parfaitement l’origine de cette colère: « Sache que la colère est une inflammation qui procède du feu et qu’au moment de l’emportement de l’homme, une de ses veines est stimulée par le démon ». A ce sujet, nous savons à travers le Coran que le démon a été crée de feu. Et le feu s’éteint en contact de l’eau. Comme le décrit la sourate 7, verset 12 « tu m’as crée de feu, et tu l’as crée d’argile ». Une autre façon de réduire la colère selon le prophète Mohamed est celle de coller sa joue par terre. À travers cet exemple, nous pouvons constater dans un premier temps qu’il y a un rapport direct à la terre. Et nous savons à travers la révélation que l’homme a été conçu à partir d’une boue malléable: "nous créâmes l'homme d'une argile crissante, extraite d'une boue malléable" [4]. Et dans un second temps, il y a un rapport immédiat à l’orgueil qui enfle notre Moi et qui prend de l’ampleur. Cette métaphore est une invitation à revenir à son origine pour attaquer une des causes, « l’orgueil », qui a provoqué la colère. Et cette manière de procéder peut nous aider à dompter son ego vers plus d’humilité, de sagesse et de tempérance. 

C’est pourquoi, dès lors que nous avons pu réduire la pression et faire disparaître la colère, nous devons réfléchir aux causes et éradiquer la racine de la colère. Alors, comment faire pour s’attaquer aux causes qui engendrent de la colère et parfois de la furie ? ! Abu Hamid Al Ghazali dit : " nous pouvons éradiquer la colère en éliminant ses causes qui peuvent être la fatuité, la plaisanterie, la dispute, la contradiction, la trahison, la convoitise de l’argent et la réputation" [5]. Il dit "que pour éradiquer les causes nous devons opposer à chacune de ses causes, une vertu qui est son contraire". Nous devons connaître les causes à travers une introspection, à l’image du prophète Mohamed qui se retirait dans la grotte Hira pour méditer et communiquer avec Dieu.  Et ensuite, prendre de bonnes résolutions, en mettant en place un programme pour déraciner les racines de la colère qui nécessite du temps, et des efforts continuels.
Daniel Goleman mentionne une autre manière de maîtriser la colère: « la désamorcer en contestant les pensées  »[6]. En effet, nous avons chacun de nous une manière d’interpréter les événements à la lumière de nos conditionnements, notre éducation. Face à une situation par exemple, certains se mettront très rapidement en colère contrairement à d’autres qui ne donneront aucune importance à l'évènement en question le considérant comme une peccadille, insignifiante à leurs yeux. C’est la manière d’interpréter les événements que l’on perçoit qui fait toute la différence et qui cristallise nos faux raisonnements. En quelque sorte, ce sont nos pensées qui dictent nos agissements. Ce sont nos pensées qui génèrent des émotions. D’où l’intérêt de dédramatiser les situations en contestant ses pensées et user de son esprit critique pour mettre en lumière les faits, et rien que les faits et sortir des généralités, dramatisation, ou exagération etc. 
 

Pour cela, un ami, un frère, une sœur, une épouse, ou un époux bienveillant et empathique peuvent être d’une aide non négligeable pour nous amener vers cette prise de conscience. « Le croyant est le miroir du croyant », a dit le prophète Mohamed. Un miroir chaleureux, accueillant qui ne nous fustige pas au moindre faux pas. Car le jugement et la dévalorisation peuvent générer de la colère qui peut se transformer en ressentiment sans un travail sur soi. Toute évolution vers un être épanoui exige de se libérer de ses conditionnements, de ses automatismes et de ses faux raisonnements à travers la révélation et l’exemple du prophète. Et toute gestion de son ego nécessite de développer courage, lucidité, patience, espérance, et Foi.

* Malika Ziri est coach en développement professionnel et personnel, retrouvez son blog sur ce lien.
____________________

[1] L’intelligence émotionnelle-Daniel Goleman-édition J’ai lu- page 95
[2] Ibid 98
[3] Revivification de la spiritualité musulmane-Abu Hamid Al Ghazali-Edition Iqra page 233
[4] sourate 15 verset 26
[5] Revivification de la spiritualité musulmane-Abu Hamid Al Ghazali-Edition Iqra - 233
[6] L’intelligence émotionnelle-Daniel Goleman-édition J’ai lu- page 99





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 12 Novembre 2017 - 14:10 La maison des Saoud- documentaire ARTE