Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Mardi 9 Novembre 2021

Séminaire doctoral 2021-2022 : "Islam : approches plurielles"

Année 2021-2022 : L'Homme et ses représentations en Islam
Ce séminaire est organisé par le Centre de recherches Moyen-Orient Méditerranée (CERMOM), Hocine Benkheira (EPHE), Francesco Chiabotti (Inalco) et Jean-Jacques Thibon (Inalco).
Toutes les séances auront lieu les mardis de 16h30 à 19h30 à l'Inalco, Maison de la recherche, 2 rue de Lille, Paris 7ème sauf la première séance.



DESCRIPTIF DU SEMINAIRE

La langue arabe, langue « liturgique » de l’islam (selon la formule de Louis Massignon), dispose de deux termes pour désigner l’homme générique : insān et bashar, sans compter l’expression issue du corpus biblique – banū Ādam -, qui est passée depuis longtemps dans la langue parlée et qui demeure vivante. Fait singulier qui mérite d’être médité, ni insān ni bashar ne désignent le genre masculin. Pour ce dernier on dispose d’autres termes : rajul ou plus explicite encore ḏakar. Les occurrences de insān et bashar sont nombreuses dans le Coran (sans compter les termes issus des deux racines, également nombreuses).  Quels contenus recouvrent ces différents termes ? Comment l’homme est-il appréhendé dans l’islam, dans ses composantes comme dans sa singulière unité ?  
On peut parler d’une image de l’homme (= anthropologie) en islam, comme d’ailleurs dans toutes les cultures et civilisations, qui découle de représentations plus ou moins différenciées. Cette image joue un rôle fondamental. C’est elle que tous les discours mobilisent, qu’ils concernent la vie « profane » ou la vie « intérieure ». Elle a des caractéristiques et une histoire. Au 12e s., Ghazzālī, affinant les premières représentations, la définit par quatre pôles : ʿaql, nafs, qalb et rūḥ. Ce carré est sans doute réductible à un triangle puisque les trois premiers sont les plus sollicités, alors que le dernier, dont le sens coranique reste sujet à débat, a donné lieu à des questionnements théologiques sur la relation homme/Dieu.  Le contenu de ces notions change selon les époques et le savoir où elles sont mises en œuvre. Dans le contexte islamique, l’homme en tant qu’il est appréhendé par un juriste, par un philosophe, par un théologien, par un homme de lettres ou un soufi présente-il des particularités ? S’inscrit-il dans un espace de représentations différencié ? Sa présence au monde en est-elle affectée ?
Le ʿaql est parfois perçu comme l’instance de la censure, une sorte de frein qui empêche le sujet de commettre des fautes graves concernant ses relations tant à la divinité qu’à ses proches ou ses semblables. De ce point de vue et plus simplement, le ʿaql c’est le contraire de la folie ou de la possession. Celui qui est fou ou possédé n’est plus maître de lui-même : ce qu’il dit ou fait ne lui est plus imputable. Ce qui suppose que l’homme possède en lui-même une faculté qui lui permet de s’orienter, même si elle n’est pas douée d’une grande souveraineté sur le monde.  Mais le ʿaql, sans doute en raison du choix fait par les traducteurs de la philosophie grecque, qui ont choisi de rendre « intellect » par ce terme, désigne également la faculté de saisir la nature des choses et des réalités en général. Y a-t-il un lien entre ces deux ʿaql ?  
La nafs est sans doute une notion centrale de l’anthropologie islamique. Elle s’est imposée en raison de sa capacité à rendre compte d’un élément qui est absent dans cette anthropologie : le corps, auquel la tradition de pensée islamique n’accorde presque aucun rôle. Le corps physique, comme entité ou dans ses composantes (jasad, badan, jawāriḥ…), est souvent réduit à un simple habitacle. C’est avant tout le corps eschatologique, le corps de la résurrection, dépositaire des actes, qui intéresse le Coran et par la suite les traditions religieuses. Le sujet possède certes un corps, mais il lui demeure extérieur, voire étranger. Il est parfois présenté comme un dépôt divin, confié à l’homme pour sa vie terrestre. Les désirs et les appétits ne naissent pas, comme dans la tradition occidentale moderne dans le corps, avant d’être renvoyés à la psyché avec la psychanalyse, mais dans la nafs (âme concupiscente). Il ne s’agit pas d’un concept dualiste : l’âme « corporelle » opposée à l’esprit « céleste ». L’âme concupiscente est aussi importante que le ʿaql : c’est en elle que prennent racine les appétits sans lesquels l’individu ne pourrait survivre et l’espèce se reproduire (la faim, la soif, le désir sexuel, etc.). De ce point de vue, une conception singulière de la liberté peut se développer : on ne cherche pas à se libérer du désir, on cherche seulement à le maîtriser. Car on reconnaît sa nécessité.
Le cœur a plus particulièrement fait l’objet de toute l’attention des philosophes et des soufis. Ils en ont ausculté tous les replis, multipliant les termes pour désigner ses différentes parties : qalb. ṣadr, fu’ād, sirr. Lieu du regard divin, siège de la lumière ou ‘face du Vrai’, le cœur est l’organe central de l’homme. Mais son rapport avec ses autres constituants, comme d’ailleurs son rôle dans la destinée humaine, relève d’appréciations différentes.
L’œil, organe de perception du sensible ou de l’invisible (baṣar baṣīra), l’ouïe, réceptacle de la révélation, ou la langue, moyen privilégié mais non exclusif de l’expression humaine, sont aussi mobilisés pour compléter le tableau des facultés composant l’image de l’homme.  
Au cours de ce séminaire, en confrontant les différents savoirs de la culture islamique, nous explorerons ce riche lexique afin d’appréhender l’homme, en tant qu’espèce, dans toute la diversité de ses représentations.

PROGRAMME DES SEANCES - THEMES - NOM DES PARTICIPANTS

- Séance 1 : mardi 19 octobre 2021 : Le premier homme dans le Coran et la Bible (salle Gaston Paris, Sorbonne, rue de La Sorbonne, escalier E, 1e étage).
Modérateur : Hocine Benkheira
  • José Costa (Paris III) : « Le motif de la prosternation des anges devant Adam : une lecture à la lumière du binitarisme juif »
  • Jacqueline Chabbi (Paris VIII) : « Y a-t-il un premier homme dans le Coran ? » 
Lien  de connexion
ID de réunion : 975 8861 7234
Code secret : 949081
 
- Séance 2 : 16 novembre 2021 : Conceptions de l’homme et réforme (salle de Sacy L2.05, Maison de la Recherche de l'Inalco, 2 rue de Lille, Paris 7ème).
Modérateur : Jean-Jacques Thibon
  • Sangaré Youssouf (UCA, Clermont-Ferrand) « La liberté de conscience en islam à travers l’œuvre de l’égyptien ‘Abd al-Muta‘āl al-Ṣa‘īdī (1894‑1966).
  • Steven Duarte (Sorbonne Paris Nord) « La question des libertés individuelles dans les débats contemporains sur la réforme (iṣlāḥiyya) » 
 
Lien  de connexion
ID de réunion : 952 2034 1397
Code secret : 867534

- Séance 3 : mardi 7 décembre 2021 : Positions théologiques dans les conceptions de l’homme (Auditorium Dumézil, Maison de la Recherche de l'Inalco, 2 rue de Lille, Paris 7ème). 
Modérateur : Francesco Chiabotti
  • Ahmed Oulddali (Lyon 2) : « La conception de l'homme dans la pensée ašʿarite»
  • Guillaume de Vaulx (Dr. Ifao) : « Des âmes, des formes, mais à quand des hommes ? De la pneumologie à l'anthropologie dans la philosophie arabe (IXe-Xe siècles) »
Lien de connexion
ID de réunion : 956 1046 5819
Code secret : 916953
 
- Séance 4 : 15 février 2022 : L’homme selon le Fiqh (Auditorium Dumézil, Maison de la Recherche de l'Inalco, 2 rue de Lille, Paris 7ème).
Modérateur : Jean-Jacques Thibon
  • Hocine Benkheira (EPHE) : « Entre passion et raison »
  • Lahcen Daaif (Lyon 2) : « L’homme selon Ibn Ḥanbal »
  • Nadir Boudjellal  (Doctorant Cermom) 
Lien de connexion
ID de réunion : 928 9061 6617
Code secret : 460254
 
- Séance 5 : mardi 15 mars 2022 : Appréhender l’homme dans les sources littéraires arabes (Auditorium Dumézil, Maison de la Recherche de l'Inalco, 2 rue de Lille, Paris 7ème).
Modérateur : Hocine Benkheira
  • Iyas Hassan (Sorbonne Université) : « Une humanité pré-adamique. Autour d'un récit cosmogonique arabe subsaharien »
  • Brigitte Foulon (Paris 3) : « Le corps du poète»
  • Miriam Rogasch (Doctorante Paris 1)
Lien de connexion
ID de réunion : 998 1672 0881
Code secret : 672711
 
- Séance 6 : mardi 5 avril 2022 : L’homme dans la philosophie et soufisme, (salle de Sacy L2.05, Maison de la Recherche de l'Inalco, 2 rue de Lille, Paris 7ème).
Modérateur : Jean-Jacques Thibon
  • Jean-Baptiste Brenet (Paris 1)
  • Francesco Chiabotti (Inalco)
  • Lucie Tardy (Doctorante Paris 1) : « L'ontologie des attributs divins : Ibn Rushd face à l'as'arisme »
Lien de connexion
ID de réunion : 953 1477 7018
Code secret : 855064

- Séance 7 : mardi 17 mai 2022 : Pensée politique et conceptions de l'homme (salle de Sacy L2.05, Maison de la Recherche de l'Inalco, 2 rue de Lille, Paris 7ème).
Modérateur : Francesco Chiabotti
  • Makram Abbès (ENS Lyon)
  • Daniel de Smet (Cnrs) : « L’imam, philosophe et prophète, de la cité vertueuse (al-madīna al-fāḍila) d’al-Fārābī est-il un imam shi‘ite ? »
Lien de connexion
ID de réunion : 953 3301 7857
Code secret : 582925

Séminaire doctoral 2021-2022 : "Islam : approches plurielles"




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 28 Novembre 2021 - 09:40 Courants anti-intellectualistes en islam




LinkedIn
Facebook
Twitter
Academia.edu
ResearchGate


Notre newsletter



Nos éditions




Vient de paraître
islam et science
Mino
Sulami
Soler
Maghreb
Omero1
Jomier
is
Magg