Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Youssouf T. Sangaré
Islamologue, Maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales... En savoir plus sur cet auteur
Dimanche 4 Décembre 2022

Muhammad Shahrour, Pour un islam humaniste : une lecture contemporaine du Coran

Muhammad Shahrour, Pour un islam humaniste : une lecture contemporaine du Coran, traduit de l’arabe, présenté et annoté par Makram Abbès, Paris, Les Éditions du Cerf, (« Islam – Nouvelles approches »), 2019, 444 p. ISBN : 978-2-204-13600-6.




Compte-rendu paru dans Studia Islamica 117 (2022), p.335-389.

L’Islam n’est pas réductible à l’islamisme et les sociétés travaillées par le fait islamique au culte d’un Age d’or de la tradition ou des textes religieux. Ces derniers, les textes religieux, sont, de plus en plus, l’objet de lectures novatrices et audacieuses. De telles productions, de l’intérieur même de l’Islam, sont d’une importance fondamentale pour mieux cerner les dynamiques et débats les plus actuels au sein de la pensée islamique. Ici se trouve l’apport majeur de cette traduction réalisée par Makrem Abbès : elle nous donne à lire l’œuvre d’un des auteurs musulmans les plus stimulants de la période contemporaine. Il s’agit de Muḥammad Shaḥrūr. Né à Damas en 1938, Shaḥrūr est un penseur Syrien, ingénieur civil de formation, qui s’est imposé, à partir des années 1990, comme l’une des figures majeures de la réforme de la pensée islamique à notre époque. Ses ouvrages, plus d’une dizaine, représente une contribution importante dans ce cadre. De la nécessité d’une relecture du Coran, à la critique de la Tradition en passant par une réflexion sur les sources du terrorisme – un de ses ouvrages porte le titre Tajfīf manābi‘ al-irhāb (L’assèchement des sources du terrorisme) – Shaḥrūr n’élude aucune des questions épineuses qui occupent les réformistes musulmans depuis le XIXe siècle. Ainsi pour Abbès, Shaḥrūr se distingue « par sa volonté d’affronter les questions fondamentales : qu’est-ce que l’islam, quels sont les dogmes auxquels un musulman devrait s’en tenir, comment lire le texte coranique et y a-t-il des énoncés qui nous obligent, et d’autres qui ne s’appliquent pas à nous ni ne concernent nos sociétés ? » (p. 9). Une de ces questions épineuses se trouve au cœur d’un ouvrage de Shaḥrūr, publié en 2016, portant le titre Al-islām wa-l-insān : min natā’ij al-qirā’a al-mu‘āṣira [1]  (L’islam et l’humain : des aboutissements de la lecture contemporaine). C’est cet ouvrage qui est ici traduit, présenté et annoté par Makram Abbès sous le titre Pour un islam humaniste : une lecture contemporaine du Coran.

 La traduction est précédée d’une introduction érudite (p. 7-115) présentant finement les idées-forces de la pensée religieuse et novatrice de Shaḥrūr. À travers celle-ci Abbès nous offre, en langue française, la présentation la plus exhaustive, à ce jour, de l’œuvre riche et complexe de Shaḥrūr. Une œuvre au cœur de laquelle se trouve la problématique d’une lecture nouvelle du Coran, dans le cadre d’une rupture assumée avec une partie de la tradition islamique. Abbès écrit à ce propos : « Shahrour fait partie des intellectuels musulmans dont l’univers s’est construit autour de la lecture du texte coranique en tant que seule source fondamentale dans laquelle il faut toujours puiser et à laquelle il faut constamment revenir en cas de crise de la pensée religieuse » (p. 11). Pour ce faire, Shaḥrūr propose de « faire table rase des axiomes ayant permis de comprendre l’islam à l’âge classique (VIIIe-XVe siècle) dans ses formes théologiques le plus abouties, et à partir de leurs prolongements contemporains » (p. 13). Une telle démarche audacieuse permet à Shaḥrūr d’éviter le piège dans lequel sont tombés plusieurs réformistes depuis le XIXe siècle : vouloir réformer la pensée religieuse de l’islam en restant enfermé dans le cadre épistémologique et doctrinal de l’âge classique. D’ailleurs ici se trouve un des paradoxes du champ intellectuel musulman : les réformistes, en acceptant ce cadre épistémologique des anciens – par exemple la classification des sources normatives en islam – ont contribué à légitimer l’idée qu’il était indépassable. S’appuyant sur la philologie et un regroupement par thème des passages coraniques, Shaḥrūr parvient à poser son propre cadre épistémologique de compréhension du texte fondateur de l’islam et de ses doctrines (p. 17-28). Par exemple, comme lecture nouvelle, la distinction faite par Shaḥrūr entre la fonction de prophète, ou nubuwwa (prophétie) et la fonction de messager, ou risāla (message). Dans le Coran, Muḥammad et certaines figures bibliques y sont présentés parfois comme des envoyés (rusul, sing. rasūl) et, à d’autres occasions, comme des prophètes (anbiyā’, sing. nabī). Selon le penseur syrien, la fonction de messager, al-risāla, est celle qui vise à « fixer les normes de conduites », tant sur le plan individuel que collectif (p. 30). La risāla est donc l’enseignement de la ḥikma (sagesse), des « commandements décisifs » (furqān), des règles relatives aux cultes, etc. Ces normes ne sont pas immuables, puisqu’elles évoluèrent en fonction de chaque messager et du contexte historique de sa prédication. Dans le cas de Muḥammad le messager, l’ensemble de cet enseignement est destiné à « ceux qui ont choisi de suivre » sa voie, c’est-à-dire les « croyants (al-mu’minūn) » (p. 31-32). On aurait pu souligner ici le mot « choisi », du fait que pour Shaḥrūr le statut de croyant (mu’min) implique la libre acceptation de la risāla et exclu toutes contraintes. De cette liberté découle la responsabilité des croyants de repenser constamment les normes de conduites individuelles et collectives à la lumière de leurs contextes. La risāla n’est donc pas un enseignement figé ou réfractaire au mouvant. Car la signification des normes de conduites « change selon les contextes historiques et s’adapte à l’effort législatif dont sont capables les hommes » (p. 33).  Quant à la nubuwwa, cette fonction vise à traiter des « vérités éternelles », du « Réel objectif dont les lois sont immuables » (p .33). Dans le cas de Muḥammad le prophète, cet enseignement porte sur la connaissance du vrai/faux, des signes (āyāt) de l’univers, des caractéristiques de la nature (al-ṭabī‘a), etc. Il s’agit là d’une somme de connaissances qui « exige des compétences scientifiques exactes (mathématiques, physique, biologie, chimie, etc.) pour en appréhender les logiques) » (p. 33). Il s’en suit que pour Shaḥrūr, la compréhension de toute une partie de la Révélation est tributaire de l’évolution des connaissances humaines. Évolution qui pourrait permettre de mieux saisir ce que la Révélation dit de la nature, de l’âme, etc.
La redéfinition des concepts coraniques ainsi engagé par Shaḥrūr vise un objectif précis : penser l’islam, en particulier ses sources scripturaires, en dehors des cadres épistémologiques hérités du passé. Ainsi, le penseur syrien prend ostensiblement ses distances avec les écoles doctrinales et juridiques de l’islam classique dont les productions, dit-il, sont « dépassées du point de vue du temps comme du point de vue des connaissances » (p. 76). Le projet de Shaḥrūr est donc celui d’une refondation de l’épistémè islamique, en s’appuyant, pour cela, sur une connaissance fine de la langue arabe, des sources scripturaires et, surtout, en tenant compte de l’évolution des savoirs. Nul doute que cette traduction, menée avec acribie par Makram Abbès, contribuera à une meilleure connaissance de la pensée de Shaḥrūr et de son projet d’aggiornamento de la pensée islamique.

Muhammad Shahrour, Pour un islam humaniste : une lecture contemporaine du Coran
___________
[1] Beyrouth, Dār al-Sāqī, 2016.




Nouveau commentaire :




LinkedIn
Facebook
Twitter
Academia.edu
ResearchGate


Notre newsletter



Nos éditions




Vient de paraître
Omero
Alc
rivet
islam et science
Mino
Sulami
Soler
Maghreb
Omero1