Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Lundi 25 Juin 2018

Warda, "la rose algérienne" : "C’est à Paris que j’ai appris à aimer mon pays, qui est l’Algérie, et l’Egypte et la musique"



Je suis repassée devant mon école c’était rue Saint Jacques, là j’ai pleuré un peu tout de même, c’est là-bas où j’ai grandi. C’est très drôle car c’est à Paris que j’ai appris à aimer mon pays, qui est l’Algérie, et l’Egypte et la musique et le monde arabe.

Morte au Caire en 2012, Warda l'Algérienne, "la rose algérienne" était née à Paris en 1939 d'une mère libanaise et d'un père algérien. 
Elle restera comme l'une des grandes divas de la musique arabe, aux côtés de Oum Kalthoum et Fairuz. Immense star dans tout le monde arabe, vendant ses disques par dizaines de millions, tout au long d'une carrière qu'elle débuta alors qu'elle n'était qu'une enfant, elle chanta l'amour et incarna un rêve panarabiste qui ne l'aura jamais quittée. 
En 1984, dans les "Nuits Magnétiques", Daniel Caux rencontrait Warda al-Jazairia et interrogeait ses admirateurs dans le quartier de Belleville. 
Quelques années plus tard, dans les années 90, après une éclipse comme elle en connut plusieurs dans sa carrière, elle devait faire un retour en force et renouer avec le grand succès, en multipliant les tubes aux arrangements  plus modernes.  
 






Nouveau commentaire :