Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Dr. Sheikh Tahar MAHDI
Docteur en droit musulman comparé, titulaire d'un DEA en anthropologie et histoire des religions,... En savoir plus sur cet auteur
Samedi 17 Janvier 2015

Le crime d'homicide en islam


Il s'agit de montrer par des textes du Coran et des hadiths du Prophète de l’islam que la religion interdit toute atteinte à l’intégrité physique de l’homme, quelle que soit son ethnie, sa religion ou sa pensée et même son crime, car seule la justice est habilitée à juger de son cas.



Exégèse des textes prohibant l’homicide


L’islam est la religion de la paix, de l’amour et de la vie, c’est pourquoi elle a catégoriquement interdit le meurtre en enseignant :

« Quiconque tue intentionnellement un croyant, sa rétribution sera l’enfer, il y demeurera éternellement, et Dieu le frappe de sa colère, le maudit et il aura un châtiment énorme. » (Coran, Les Femmes, 93)
 

Remarquez bien ce que réserve Dieu au meurtrier : l’enfer où il restera éternellement, la colère de Dieu, la malédiction durant sa vie, et enfin un châtiment insupportable. Parmi les victimes de la tuerie de Paris, il y avait deux musulmans : Ahmad Merabet (gardien de la paix) et Mustapha Ourrad (correcteur pour la rédaction de Charlie Hebdo). Donc le statut de martyre que les meurtriers cherchaient, ils ne l’obtiendront jamais car il ne peut être la récompense d’un assassinat.
 
«Venez, je vais réciter ce que votre Seigneur vous a interdit: ne Lui associez rien; et soyez bienfaisants envers vos parents. Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. Nous vous pourvoyons tout comme eux. N'approchez pas des ignominies explicitement ou implicitement. Ne tuez pas, injustement, la vie que Dieu a faite sacrée. Voilà ce que Dieu vous a enjoint; peut-être comprendrez-vous.» (Coran, les Bestiaux, 51)

L’islam assure à tous les hommes le droit à la vie, à l’instruction, à la dignité, à la famille, à la propriété, au travail et surtout à la liberté dans toute son étendue. Ces droits sont humains sans aucune autre considération car le Coran dit :
 
« Nous avons certes anobli les fils d’Adam, Nous les avons transporté dans la terre comme la mer et nous les pourvoyons de bonnes choses, par conséquent Nous les avons privilégié sur beaucoup de nos créatures.» (Coran, voyage nocturne, 70) 

Il faut savoir que l’islam interdit d’une manière absolue le meurtre d'un non-musulman, tout comme vos propres enfants. Et ce qu’il soit commis dans des pays à majorité musulmane ou dans des pays à majorité non musulmane. Dans les situations normales (hors danger), la vie de tous les hommes est préservée en raison de la règle juridique qui enseigne :
 
« Chacun est innocent jusqu’à preuve contraire.» (Droit religieux et international, équivalent dans le Coran au verset 36, chapitre Jonas.)

Ce droit de préservation de la vie devient une priorité lorsque les non-musulmans sont présents parmi les musulmans, quel que soit le pacte entre les deux partis, qu’il soit coopératif, économique, touristique ou autre.
 
« Et si l’un des non-musulmans te sollicite la paixrends-la lui jusqu’à ce qu’il rentre chez lui en toute sécurité.» (Coran, le Repentir, 6) 

Ladite règle juridique étend le statut de préservation aux biens et aux autres droits humains. Il est également communément reconnu en islam que seules les autorités légales sont habilitées à veiller sur l’application de ces principes à l’aide des lois et des conventions internationales. Le but étant de préserver les droits et la paix internationale, il est enseigné dans le Coran qu’il faut que les musulmans entretiennent de bonne relations avec les non-musulmans, lisez dans le Coran le verset :
 
« Dieu ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Dieu aime les équitables. » (Coran, l’Eprouvée, 8)

Agir contrairement à cela revient à trahir l’islam et renier par là-même la religion :
 
«O vous croyants ! Ne trahissez pas Dieu et le Messager. Ne trahissez pas sciemment la confiance qu'on a placée en vous ? » (Coran, Sourate le Butin, 27) 

Le Prophète de l’islam insiste sur ce droit lorsqu’il enseigne :
 
« Celui qui tue une personne ayant passé un pacte, un innocent, sans droit, ne sentira jamais le parfum du paradis…» (Bukhârî d’après Abd Allah Ibn Amr 6914). Ibn Hajar déclare que « cette protection est un droit pour tous, ceux qui sont en pacte avec les musulmans, qu’il soit économique, politique ou social. » (Fath al-bari 12/323)

Donc selon les exégètes du hadith, un musulman qui pratique un homicide sur un non-musulman devient renégat et sort de l’islam en vertu des textes suscités.
Le comportement du prophète avec les gens qui n’ont pas reconnu son message ni sa mission en est un exemple lumineux, car en effet, lorsqu’un certain Musaylama s’était autoproclamé prophète en concurrence avec l’islam et avait envoyé deux émissaires pour en convaincre le Prophète Muhammad, il leur a épargné la vie en leur disant :
 
«Vous ne me reconnaissez pas comme messager, mais je ne pourrais vous tuer car Dieu nous a ordonné de préserver la vie des émissaires.» (Albani Sunan Abû Dâwûd 2/174)

Il faut savoir que ce faux prophète a porté un énorme préjudice à l’islam et à la personne du Prophète Muhammad, pourtant ce dernier ne l’a pas tué, de même que ses émissaires qui ont déclaré publiquement qu’ils ne croyaient pas à l’islam. Les exégètes du hadith et du coran déclarent que le prophète n’a jamais tué un non-musulman pour sa religion, seuls les gens qui ont déclaré la guerre au Prophète et qui ont voulu le tuer étaient combattu proportionnellement à leur agression. Lors du retour du Prophète à la Mecque, il y avait des Quraychites qui l’insultaient, qui écrivaient des poèmes contre lui et qui mobilisaient les gens pour l’assassiner. Pourtant, en rentrant dans la ville sainte, certains parmi eux sont venu se présenter sans subir de peine. D’autres étaient protégés par des musulmans de leur propre famille. La Nourrisse du Prophète, Oum Hany, lui a présenté un polythéiste qui avait demandé sa protection, et le prophète lui a accordé sa demande en lui disant :
 
« Nous protégeons ceux que tu protèges ô Oum Hany.» (Abu Dâwûd 2763). Dans une autre version du hadith, un homme avait voulu le tuer, Oum Hany s’est plainte au prophète qui avait déclaré que « personne ne doit toucher cet homme.» (Sunan Abu Dâwûd et Bukhârî 3171)

Textes explicites et réflexion

Dans le coran verset 6 du chapitre le repentir :
 
« et lorsqu’un polythéiste te demande protection, accorde-la lui jusqu’à ce qu’il entende la parole de Dieu, puis conduis-le à un lieu sûr (Coran, le Repentir, 6)

Comment peut-on prétendre que la relation entre les Musulmans et leurs concitoyens non-musulmans serait basée sur l’hostilité quand on voit ce que le prophète de l’islam a lui-même enseigné à sa communauté, et in fine aux générations postérieures, que même les polythéistes Quraychites, qui furent pourtant en guerre contre lui, avaient le droit à leur intégrité physique et à leur sécurité du moment qu’ils ne faisaient pas usage de la violence comme le montre le verset précédent.
 
Et si on voulait s’en tenir aux opinions des Anciens pieux /salaf comme aiment faire certains littéralistes, lisons ce que dit l’imam Ibn Kathîr :
 
« Même lorsqu’un pays musulman est en guerre avec un autre pays, si des gens viennent dans le pays musulman pour le négoce, le travail, le tourisme, ils resteront protégés par le traité politique passé entre les autorités musulmanes et leurs autorités et auront le droit tant à leur intégrité physique qu’à leurs biens jusqu’à leur retour en toute sécurité.» (Tafsir /exégèse ibn Kathîr 4/113) 

Nous voulons savoir où les terroristes trouvent-ils des textes leur permettant d’assassiner des innocents comme ils l’ont fait ? Sur quelles preuves s’appuient-ils ? L’imam al-Qortobî (1214/1273) qui fut un grand exégète européen né à Cordoue a dit :
 
« Il est communément reconnu entre les musulmans que personne n’a le droit de mettre en péril la sécurité et l’ordre public lorsque les autorités l’imposent, car c’est en cela où réside l’intérêt de tous.» (al-jami 4/8/49) un peu plus loin il dit : « Si le polythéiste refuse de croire en ton message, conduis-le en un lieu sûr» (ibidem)  

L’imam Malik a dit :

« Ce sont des questions épineuses, mais il faut laisser le non-musulman rentrer chez lui en toute sécurité.» (4/114). Ibn al-Qâsim déclare : « pareil pour le commerçant qui descend sur nos côtes, il doit retourner chez lui sauf.» (al-jami 4/8/49)

Ibn Qodâma al-Maqdissî a dit :

« Lorsque les autorités donnent la paix, même aux combattants ennemis, il faut la leur accorder du fait qu’il n’est pas du ressort de la foule de décider de telles questions.» (Moghny 13/75)

Ceci est l’opinion de Thawrî, Awzâî, Chaféi, Ishâq, et Ibn al-Qâsim ainsi que de la majorité des savants de l’islam. On a rapporté cela sur le Calife Omar Ibn Khattâb également.  
Ibn Qodâma reprend :
 
« La sécurité des non-musulmans doit avoir la même importance que celle des musulmans pour les individus et pour les groupes pour que les musulmans puissent jouir des mêmes droits.» (Ibid. 13/77/). Il dit aussi : « si on coupe toute communication avec l’ennemi, il n’y aura plus d’échange ainsi le chaos s’installe et l’intérêt des deux parties se perd à jamais.» (Ibid. 13/79). Il parle des conflits entre musulmans et non-musulmans. 

Tahar Mahdi
Tahar Mahdi
Il est certain, selon les savants musulmans, que l’assassinat est étrange à l’enseignement de l’islam et loin de son esprit de tolérance. Il n’est nullement permis, dans le Coran comme dans la sunna du prophète, d’assassiner les non-musulmans qu’ils soient installé chez les musulmans ou non, surtout que le Coran réserve une place éminente aux personnes issues des religions juive et chrétienne. Jamais le texte révélé ne les a appelé mécréants, en revanche il les a honoré par l’appellation « gens du Livre» et ce plus de 31 fois. Le coran est clair lorsqu’il demande à ses disciples de ne dialoguer avec les Juifs et les Chrétiens que dans un langage raffiné en leur disant :
 
« et ne dialoguez avec les gens du Livre que de la plus belle façon qui soit, sauf les injustes parmi eux, et dites leur nous croyons en ce qui nous est révélé et ce qui vous est révélé, notre Dieu et le vôtre est l’unique, et nous lui sommes soumis.» (Coran l’Araignée 46)

Il incite également au débat religieux en disant :

«Dis : O gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous: que nous n'adorions que Dieu, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors de Dieu. Puis, s'ils tournent le dos, dites: Soyez témoins que nous, nous sommes soumis.»  (Coran, la famille d’Imran, 64)

Même les savants contemporains les plus littéralistes interdisent de nos jours l’assassinat d'innocents non musulmans en s’appuyant sur le hadith du prophète qui dit :
 
« Celui qui abat une personne ayant passé un pacte ne sentira jamais le parfum du paradis.» (Cité plus haut) 

Sur les champs de batailles l’islam interdit de tuer des innocents :

« Ne tuez pas un innocent, une femme, un vieillard, un enfant, ne brulez pas d’arbre, n’inondez pas de semences, ne détruisez pas de maisons et craignez Dieu.» (Bukhârî 315)

Et même en dehors de tout ce que l’on vient de mentionner comme preuves interdisant catégoriquement l’assassinat des musulmans et des non-musulmans, les conséquences graves qui risquent de toucher les citoyens musulmans français et européens sont telles qu’aucun homme doué d’intelligence n’accepterait ces actes barbares et sans utilité.
Je termine en disant que Dieu lui-même a voulu que l’humanité soit diverse et divergente sur beaucoup de choses mais sans que cela n’altère le vivre ensemble et même la solidarité entre les peuples, méditez si vous voulez :
 
« ô gens Nous vous avons créés à partir d’un homme et d’une femme et Nous avons fait de vous des peuples et des tribus pour échanger, le plus noble parmi vous est le plus pieux. » (Coran les Appartements 13)

Il faut que les terroristes sachent que les citoyens français musulmans ont choisi la République française car ils estiment que ses valeurs sont identiques celle du véritable islam, l’islam des lumières, des sciences et du savoir, l’islam d’Averroès, d’Avicenne et d’Avempace. L’islam prospère de nos jours en Europe et en Amérique comme il a prospéré dans l'Espagne médiévale (Andalousie).

Je finis en citant le sublime verset coranique :
 
« En cela demeure un rappel pour celui qui aurait un cœur et écoute comme un vrai vivant.» (Coran, Qaf, 37) 
 
 

Nous incitons nos frères et sœurs à transmettre, en partant du foyer des ancêtres pieux, la flamme de l’islam et non pas les cendres de l’histoire.