Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Samedi 9 Décembre 2017

Jérusalem : à quoi joue Trump ? Vidéo de l'émission C dans l'air du 07.12.2017

Malgré les avertissements et les mises en garde de la communauté internationale, Donald Trump a reconnu hier officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël, s'engageant à y transférer l'ambassade des États-Unis, au risque d’embraser le Moyen-Orient et d’enterrer définitivement un processus de paix moribond.



Jérusalem : à quoi joue Trump ? Vidéo de l'émission C dans l'air du 07.12.2017

Malgré les avertissements et les mises en garde de la communauté internationale, Donald Trump a reconnu hier officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël, s'engageant à y transférer l'ambassade des États-Unis, au risque d’embraser le Moyen-Orient et d’enterrer définitivement un processus de paix moribond. Dans la foulée, le locataire de la Maison-Blanche a mentionné une "solution à deux Etats" comme issue possible du conflit, sans toutefois préciser ses projets. Mais pourquoi une telle décision côté américain ? A quoi joue Donald Trump ? Et pourquoi est-ce si dangereux ?Avec cette déclaration, le président des Etats-Unis qui aime dire qu’il tient ses promesses, donne satisfaction à deux pans de son électorat : les groupes de pression pro-israéliens puissants à Washington et aux évangéliques conservateurs pour qui la question de Jérusalem est centrale. Mais en agissant ainsi Donald Trump prend le contre-pied de presque sept décennies de politique américaine dans la région et va à l’encontre des résolutions du Conseil de sécurité.Donald Trump a assuré, mercredi, que les Etats-Unis restaient "déterminés à aider à faciliter un accord de paix acceptable pour les deux parties" mais sa décision de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreu a retenti comme un coup de tonnerre. Si le Premier ministre israélien a applaudi, parlant d’un jour historique, dans toute la région c’est un concert de critiques, de réprobations et même de menaces. La Jordanie, pays gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem, a dénoncé "une violation du droit international et de la charte des Nations unies". L’Arabie Saoudite a regretté une décision "injustifiée et irresponsable". Pour l’Iran, c’est une "nouvelle intifada" qui est inévitable.  Le Fatah d’Abbas a appelé "à trois jours de colère" et les islamistes du Hamas ont estimé qu’elle ouvrait "les portes de l'enfer" avant de lancer un nouveau soulèvement populaire palestinien à partir de vendredi.A quoi faut-il s’attendre ? Qu'est-ce qu'une intifada ? Les États-Unis peuvent-ils encore jouer le rôle de médiateur des négociations entre Israéliens et Palestiniens ? Y a-t-il un risque d'embrasement régional ?

Invités :

- François CLéMENCEAU, rédacteur en chef international au Journal du Dimanche
- Agnès LEVALLOIS, maître de conférences à Science Po, spécialiste du Moyen-Orient
- Dominique MOïSI, géopoliticien et conseiller spécial à l’Institut Montaigne
- Jean-Dominique MERCHET, journaliste en charge des questions militaires et stratégiques à L’Opinion





Nouveau commentaire :




LinkedIn
Facebook
Twitter
Academia.edu
ResearchGate


Notre newsletter





Nos éditions





Vient de paraître
PÈLERINAGES D'EMPIRE une histoire européenne du pèlerinage à la Mecque
Spiritualité et religion dans la cité
La politique musulmane de la France Un projet chrétien pour l’islam ? 1911-1954
Revue académique Les cahiers de l'Islam N°2 : Islam et violence
Le scellement de la prophétie en islam
Jacques Berque, artisan du dialogue des civilisations
L’Europe et les géographes arabes du Moyen Âge
La Voix de ceux qui crient
La politique du voile