Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Jeudi 7 Janvier 2021

« Charte » des imams : un programme très politique dicté de l’Intérieur

Voulue par Emmanuel Macron, cette « charte » doit être présentée à Gérald Darmanin dans une semaine. Élaborée en secret avec le Conseil français du culte musulman (CFCM), elle colle tellement aux objectifs politiques de l’exécutif qu’elle gêne des imams l’ayant consultée. Mediapart s’est procuré une version discutée le 15 décembre, qui affirme que le « racisme d’État » n’existe pas en France.



Interdiction d’utiliser l’expression « islamophobie d’État », interdiction de tenir des propos politiques dans un lieu de culte, etc. Ce devait être une « charte des valeurs » pour encadrer la profession d’imam, c’est devenu un guide de prêt-à-penser à destination de tous les musulmans de France, d’après une version toute récente consultée par Mediapart.
Interdiction d’utiliser l’expression « islamophobie d’État », interdiction de tenir des propos politiques dans un lieu de culte, etc. Ce devait être une « charte des valeurs » pour encadrer la profession d’imam, c’est devenu un guide de prêt-à-penser à destination de tous les musulmans de France, d’après une version toute récente consultée par Mediapart.
Discuté mardi 15 décembre au sein du Conseil français des musulmans de France (l’interlocuteur traditionnel des pouvoirs publics regroupant huit des grandes fédérations de mosquées), élaboré entre le CFCM et le ministère de l’intérieur en petit comité, ce document censé encadrer le fonctionnement du futur Conseil national des imams (bientôt chargé des agréments), censé fixer des règles éthiques et déontologiques, provoque ainsi de vifs émois chez nombre d’imams ayant pu l’examiner
 
 

Cette « charte », c’est Emmanuel Macron lui-même qui l’a réclamée dans son discours sur le « séparatisme » en octobre dernier  – assénant que son « non-respect entraînerait révocation des imams », se mêlant ainsi de l’organisation d’un culte. C’est encore le chef de l’État qui l’a esquissée en direct avec les dirigeants du CFCM, le 18 novembre à l’Élysée, où l’interdiction de « l’islam politique » et des ingérences étrangères a été prescrite.
À l’arrivée, le projet colle, en tous points, à l’agenda politique de l’exécutif. Dans une version préalable que Mediapart s’est aussi procurée (envoyée par la direction du CFCM à certains membres opportunément le 8 décembre, soit la veille de la présentation du projet de loi « séparatisme » en conseil des ministres), le texte s’intitulait même : « Charte des principes des musulmans de France ». Tous « les musulmans de France »… Bien au-delà des imams du futur Conseil national.
Lire la suite sur Mediapart.

© Clément Mahoudeau / AFP
© Clément Mahoudeau / AFP




Nouveau commentaire :




LinkedIn
Facebook
Twitter
Academia.edu
ResearchGate


Notre newsletter



Nos éditions




Vient de paraître
Magg
Avon
Jamel
Prou
lyre
9782226443502-j
Mada
Iyas
Cineastes