Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Mercredi 16 Juin 2021

Parution : « Bulletin critique des Annales islamologiques » 35 (2021)

Bulletin critique des Annales islamologiques (BCAI)
Le BCAI est conçu et préparé par l’équipe Islam médiéval de l’UMR 8167 Orient Méditerranée du Cnrs. Il est mis en page et mis en ligne par l’Ifao.



Les recensions de ce numéro sont disponibles ici : https://www.ifao.egnet.net/bcai/35/.

Choix de recensions

Théologie musulmane des religions, MIDÉO 33 (Recension par Jean-Jacques Thibon)
Cette nouvelle livraison de la revue MIDÉO (Mélanges de l’Institut Dominicain d’Études Orientales) est intitulée Théologie musulmane des religions et regroupe six contributions sur ce thème, plus un article et des recensions. La question traitée dans ce volume est celle de l’existence et des contenus d’une théologie musulmane des religions, sujet qui a été abordé par des penseurs musulmans sous l’influence de la théologie chrétienne et qui revêt, dans le cadre du dialogue interreligieux une importance particulière. Lire la suite .

Sankharé Oumar: Le Coran et la culture grecque (Recension par Seydi Diamil Niane)
En 2011, le professeur de lettres Oumar Sankharé, recevait le titre honorifique de « Seul Africain agrégé de Grammaire », après Léopold Sédard Senghor. Après la publication de son livre Le Coran et la culture grecque en 2014, il fut l’objet de fatwā-s de la part d’associations islamiques du Sénégal qui l’invitaient au repentir, demandaient la censure de son livre et l’excommuniaient. Il décéda peu après et d’aucuns, à l’époque, ont pensé qu’il avait succombé à l’angoisse et à la pression des mouvements religieux.
Celles et ceux qui ont déjà lu les travaux du chercheur tunisien Youssef Sedikk ne s’y perdront pas dans la mesure où l’universitaire sénégalais se réfère beaucoup, dans ce travail, à son homologue tunisien qui fut l’un des premiers, dans le monde musulman, à parler de la présence de la culture grecque dans le texte coranique. Et comme l’indique le titre, l’universitaire sénégalais Oumar Sankharé suit les traces de Sedikk. Lire la suite .

Pitchon Véronique: La gastronomie arabe médiévale entre diététique et plaisir (Recension par Limor Yungman)
L’ouvrage de Véronique Pitchon s’inscrit dans la continuité du récent regain d’intérêt pour l’histoire de l’alimentation arabe. À partir de sa thèse soutenue à l’université de Strasbourg en 2011, l’auteure propose une histoire de la relation entre santé et alimentation dans la cuisine arabe médiévale (ixe -xiiie siècles). Cet angle, abondamment traité en anglais par David Waines et Paulina Lewicka, entre autres, n’a été en revanche que peu exploré par la recherche française. Cette histoire se situe au croisement des trois disciplines que sont la médecine, la diététique et la cuisine, et qui, comme en attestent les sources, gardaient une relation réciproque à l’époque médiévale. L’objectif de l’auteure est donc de trouver une corrélation chronologique dans le développement de ces trois domaines, et plus spécifiquement entre la diététique et la haute cuisine décrite dans les livres de recettes. Pour analyser leur relation, l’auteure examine en détail chacun de ces domaines, qui constituent donc la structure de son ouvrage. Le très large volume de 604 pages se déploie en deux parties et six chapitres. Chaque chapitre est divisé en plusieurs sous-chapitres et sous-titres. Dans les chapitres sont intégrés des tableaux de sujets différents : 25 tableaux dans la première partie et 21 tableaux dans la seconde partie, comme par exemple le tableau 8, « Substances médicinales végétales et nombre d’utilisation ».  Lire la suite .

 
Calasso Giovanna, Lancioni Guiliano (eds.): Dār al-islām / dār al-ḥarb. Territories, People, Identities (Recension par Mehdi Berriah)
Ce livre est la publication des actes du colloque international qui s’est tenu à l’université de la Sapienza de Rome les 5-6 décembre 2012 sous le titre « Dār al-islām/dār al-ḥarb : territories, people, identities ». Comme l’expose Giovanna Calasso dans la première page de l’introduction, l’absence d’ouvrages sur la thématique de la dichotomie dār al-islām / dār al-ḥarb rend d’autant plus essentielle la publication de ce volume collectif. Le livre est structuré en cinq parties, et comprend dix-neuf contributions : « Concepts and Terminology » (partie 1) ; « Early Texts » (partie 2) ; « Law: Theory and Practice » (partie 3) ; « History of Specific Areas » (partie 4) ; « Modern and Contemporary Developments » (partie 5).
Les articles sont précédés d’une solide introduction dans laquelle Giovanna Calasso, l’un des deux éditeurs, présente les grands axes de l’ouvrage. La première partie « Concepts and Terminology » s’ouvre avec la contribution de Giovanna Calasso intitulée « Constructing and Deconstructing the dār al-islām / dār al-ḥarb Opposition. Between Sources and Studies » (p. 21-47). L’auteur examine la dichotomie dār al-islām / dār al-ḥarb présente dans les écrits de voyageurs musulmans médiévaux qui traversent, à la fois, les frontières séparant le monde islamique et le dār al-kufr et celles à l’intérieur même du dār al-islām. L’auteur observe que le thème de l’identité est prédominant dans ce type d’écrits et que, par conséquent, l’opposition dār al-islām / dār al-ḥarb peut être vue comme le modèle d’une représentation des identités, aussi bien celles du monde musulman que celles de l’« Autre », construites sur le critère de la religion. Le second article « The Missing dār. On Collocations in Classical Arabic Dictionnaires » (p. 48-62), est signé par Giuliano Lancioni. L’analyse de sept dictionnaires arabes montre que l’expression de dār al-ḥarb est mieux établie et surtout mieux définie que dār al-islām dans les dictionnaires arabes classiques. Les deux expressions (dār al-islām / dār al-ḥarb) disposent des termes de substitut comme bilād al-ʿajam, pour dār al-ḥarb, et bilād al-islam pour al-islām. Le statut de chacune peut s’expliquer par l’approche qu’en ont les lexicographes arabes. Si le dār al-islām (demeure de l’Islam) est compris par le musulman de l’époque et n’exige pas de facto une définition précise, il en va autrement pour le dār al-ḥarb dont la composition est plus complexe. Dans « The Perception of the Others: Rūm and Franks (Tenth-Twelfth Centuries) » (p. 63-73), Yaacov Lev étudie l’emploi du terme rūm dans les sources arabes des ive /xe -vie /xiie siècles. En tant que « dénominateur commun de commodité », l’expression rūm, très fréquente, renvoie à un sens général pour désigner le monde chrétien aussi bien chez les musulmans que les juifs. Clôturant cette première partie, la contribution de Biancamaria Scarcia Amoretti « Some Observations on dār al-ḥarb / dār al-islām in the Imami Context » (p. 74-89), montre que l’expression de l’appartenance à la communauté des croyants dans les écrits d’Ibn Bābawayh (m. 381/991-992), l’un des plus importants théologiens duodécimains, ne se fait pas au niveau juridique avec la dichotomie classique dār al-islām / dār al-ḥarb. Elle s’opère en réalité sur le plan théologique comme en témoigne la notion de dār al-imān (demeure de la foi) qui s’oppose certes au dār al-ḥarb / kufr mais aussi au dār al-islām dans lequel se trouvent les ennemis de la communauté duodécimaine. Lire la suite .

dd


 

Parution : « Bulletin critique des Annales islamologiques » 35 (2021)






LinkedIn
Facebook
Twitter
Academia.edu
ResearchGate


Notre newsletter



Nos éditions




Vient de paraître
Mino
Sulami
Soler
Maghreb
Omero1
Jomier
is
Magg
Avon