Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam

Les cahiers de l'Islam



Journées de l’Histoire de l’IMA | Révoltes et révolutions : le rôle de la religion
Infos pratiques
le Dimanche 18 Octobre 2020, 11:00 - 20:00
1 Rue des Fossés Saint-Bernard
75005 Paris
Description
(Cliquez sur le lien ci-dessus pour réserver votre place aux conférences de votre choix)

Les RVHIMA deviennent les Journées de l’Histoire de l’IMA. Elles se déclinent chaque année, autour d’une même thématique, en trois dimanches, dans le cadre du festival trimestriel Arabofolies. Les Journées 2020 se déroulent dimanche 1er mars, 18 octobre et 25 octobre autour de la thématique : « Révoltes et révolutions ».

Au programme:

Des tables rondes, conférences et cartes blanches accessibles à tous et, en continuité de la co-production avec France Culture, un grand débat et une émission en direct de l’IMA.

Ce programme est provisoire et susceptible d’être modifié.
À 11h :


b[Table ronde autour du Coran des historiens paru aux éditions du Cerf]b

​ Salle du Haut-Conseil (niveau 9)

Modérée par Julien Loiseau - ancien membre de l’Institut français d’archéologie orientale, ancien directeur du Centre de recherche français à Jérusalem, actuellement professeur à Montpellier 3, avec Mohammad-Ali Amir Moezzi - Professeur des universités et directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes/PSL où il occupe la chaire « Exégèse et théologie de l’islam shi’ite », Muriel Debié - Professeure des universités est Directrice d'études à l'Ecole pratique des hautes études, PSL, où elle occupe la chaire « Christianismes orientaux » et Guillaume Dye - Professeur à l'Université libre de Bruxelles (ULB) où il occupe la chaire « Islam: histoire, cultures, sociétés »; il est également cofondateur et codirecteur du Early Islamic Studies Seminar.

Le Coran des historiens est le fruit de cinq années de travail d’une trentaine de chercheurs à travers le monde sous la direction de Mohammad Ali Amir-Moezzi et Guillaume Dye. En trois volumes et près de 4000 pages, l’ouvrage fait la synthèse des études scientifiques sur le Coran depuis le 19e siècle augmentée des recherches actuelles. Le premier volume, sur plus de 1000 pages, est une présentation des contextes historique, géographique et religieux de la genèse du Coran. Le volume 2 (en 2 tomes) est un premier commentaire continu, verset par verset, de la totalité des 114 chapitres du Coran selon la méthode historico-critique, indépendamment des données traditionnelles et des approches confessionnelles. Le Coran y est considéré, bien en amont des filtres exégétiques musulmans, comme un document historique, littéraire, religieux des confins des 6e et 7e siècles, très ancré dans les traditions monothéistes antérieurs.

En partenariat avec la revue L’histoire

Réserver

b[Présentation de l’ouvrage Le déni français de Pierre Vermeren paru aux éditions Albin Michel]b

Bibliothèque (niveau 1)

Modérée par Béatrice GiblinGéographe et professeur à l’Institut français de géopolitique à Paris 8

« La guerre d'Algérie n'est pas finie » affirme l’historien Pierre Vermeren pour qui elle se poursuit de façon discrète sur le territoire français avec la complicité ou le silence embarrassé des élites françaises de droite comme de gauche et ce malgré les attentats de septembre 2001 et plus encore malgré ceux qui ont frappé la France en 2015. La préoccupation d’éviter tout amalgame entre l’Islam et l’islamisme politique pour éviter d’accroître la discrimination qui touche les musulmans en France, a conduit les responsables politiques et certains intellectuels de gauche à sous-estimer les conséquences de l’idéologie islamiste sur la société française et à montrer quelque complaisance avec les responsables politiques algériens.

Déni français ou pas il en sera débattu avec l’auteur historien et Ali Ben Saad professeur de géopolitique à l’Université Paris 8.

Réserver

Atelier pédagogique : La révolution islamique de 1979

Atelier (niveau -1)

Organisé par Anne Troadec – Chargée de coordination scientifique à l'Institut d'études de l'Islam et des sociétés du monde musulman, avec Clément Therme – Post-doctorant au CERI, Sciences Po.

Cet atelier propose un focus sur la Révolution iranienne de 1979 en présentant le contexte historique, les enjeux géopolitiques et idéologiques de ces événements qui furent marqués par l'avènement d'une République islamique et bouleversèrent le Moyen-Orient. Des ressources pédagogiques seront mises à disposition des enseignants.

Cet atelier est animé par l'Institut d'études de l'Islam et des sociétés du monde musulman (EHESS/CNRS).

Réserver
À 12h45 :



Dans le regard de l’autre : lecture de textes de sciences sociales et humaines

Bibliothèque (niveau 1)

Avec Léon Bonnaffé - auteur et comédien et Violaine Schwartz – Actrice de théâtre

Faire parler les textes de sciences humaines et sociales, les récits de voyages et les témoignages pour découvrir comment l’Autre nous voit ou comment nous voyons l’Autre : dérangeants, critiques ou compréhensifs, amusés ou empathiques, tous les regards sont possibles. Proposée par la bibliothèque, une autre façon de découvrir les richesses de ses collections, portées par la voix de comédiens.

réserver
À 14h :



Présentation de l’ouvrage Allah au féminin d’Eric Geoffroy paru aux éditions Albin Michel

Salle du Haut-Conseil (niveau 9)

Avec Eric Geoffroy – Islamologue universitaire, spécialiste du soufisme, membre de l’Académie Arabe du Caire, et président de l’association Conscience Soufie, Eva Janadin – Co-fondatrice de l’Association pour la renaissance de l’islam mutazilite (ARIM) en 2017 puis les Voix d’un islam éclairé (VIE) en 2018. Elle est également imame de la mosquée Sîmorgh, et Anne-Sophie Monsinay - Cofondatrice des Voix d’un islam éclairé (VIE) et imame de la mosquée Sîmorgh depuis 2019.

Le soufisme ouvre des espaces de liberté au sein de l’islam. Ibn ‘Arabî (m.1240), en particulier, montre une grande audace dans son approche du Féminin et de la femme. Elle rejoint les révolutions en cours quant à la place de la femme dans l’espace islamique, lesquelles ne sont en fait qu’un retour au fondement muhammadien initial. Cette audace initiée par la Révélation coranique nous interroge sur les traces qu’elle laisse aujourd’hui au sein de l’islam. S’attacher à l’Esprit du Coran plutôt qu’à sa lettre pousse à poursuivre le progrès social amorcé par la Révélation, notamment au sujet de l’égalité hommes / femmes mais aussi par la place et le statut de l’imam.

Réserver

Liberté et religions, des héritages historiques aux horizons ouverts par les révolutions arabes

Avec Sophie Bessis - Historienne et journaliste, spécialiste de l'Afrique subsaharienne et du Maghreb, ainsi que de la condition des femmes dans le monde arabe.

La charge émancipatrice des révolutions de 2011 a été areligieuse L'intrusion de la dimension religieuse dans les brèches qu'elles ont ouvertes est-elle un héritage de l'Histoire, un élément de leur déroulement ou un détournement de leur sens premier ? Entre les deux fondamentalismes portés par l'islam politique, celui inhérent à la religion et celui du règne marchand, les révolutions peuvent-elles tracer un chemin d'émancipation capable de réconcilier les trois dimensions de la liberté : libération de la sphère politique et juridique par rapport à l'injonction normative de la religion, libération sociale délivrée de l'injonction libérale, libération de l'individu par rapport à la règle du groupe légitimée par la religion ?

Réserver

Carte blanche à l’APHG : Le hirak en Algérie. Perspectives sociohistoriques et comparatistes

Atelier (niveau – 1)

Modérée par Tramor Quemeneur - Historien de la guerre d'Algérie, chargé de cours à l'Université Paris 8 et membre du Conseil d'orientation du Musée national d'histoire de l'immigration (MNHI), avec David Goeury - Docteur en géographie, enseignant chercheur au laboratoire Espaces Nature et Cultures (CNRS INSHS, Sorbonne Université) et chercheur associé au Centre Jacques Berque de Rabat, Aïssa Kadri - Sociologue, professeur émérite de l’Université Paris 8 et Benjamin Stora - historien, professeur à l'université Paris 8 et spécialiste de l'histoire de l'Algérie

L’annonce de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à la présidentielle de 2019 a déclenché un mouvement puissant et non-violent en Algérie : le « hirak ». Les Algériennes et les Algériens ont envahi les rues plusieurs fois par semaine, obligeant le pouvoir à reculer. L’élection d’Abdelmadjid Tebboune à la présidence n’a pas fondamentalement changé la donne. La crise sanitaire a finalement imposé un coup d’arrêt (temporaire ?) au hirak. Quelles sont ses caractéristiques ? Ses comparaisons ? Son devenir ?

Réserver
À 16h :



Carte blanche à Hamit Bozarslan : Dire la révolution

Salle du Haut-Conseil (niveau 9)

Modérée par Hamit Bozarslan - historien et politologue spécialiste du Moyen-Orient, de la Turquie et de la question kurde, directeur d'études à l'EHESS, avec Chaymaa Hassabo - Spécialiste de l’Égypte contemporaine, associée de recherche principale au Département de sociologie de l’Université de Johannesburg, Matthieu Rey – Chargé de recherche au CNRS, chercheur affecté à l'IFAS-Recherche (Johannesburg) et chercheur associé au History Workshop de l’université du Witwatersrand et au Collège de France, Laura Ruiz de Elvira - Politiste, chargée de recherche à l’IRD, Ceped et Farida Souiah - Docteure en science politique de l'IEP de Paris, chercheuse associée au LAMES.

Les travaux sur les causes, les dynamiques et les conséquences des « crises révolutionnaires » arabes sont désormais nombreux. Peu en revanche ont porté sur les mots et les stratégies discursives des acteurs, éléments pourtant clés pour saisir pourquoi des millions de citoyens se sont soulevés contre leurs régimes autoritaires. En comparant la Syrie, l’Égypte et l’Algérie, ce panel se propose d’éclairer ce qu’agir en révolution veut dire en explorant les univers de sens qui motivent l’action révolutionnaire.

Réserver

Table ronde autour de la fitna au Moyen Âge : désordre, révolte ou guerre civile ?

Bibliothèque (niveau 1)

Modérée par Anne-Marie Eddé - Professeur émérite d’histoire médiévale des pays d’Islam (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), avec Mohammad-Ali Amir Moezzi - Directeur d’études à l’EPHE, Historien et Islamologue français, Emmanuelle Tixier du Mesnil – Professeur en histoire médiévale à l'Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense et Vanessa Van Renterghem – Agrégée et docteure en histoire, Maître de conférences à l'INALCO.

Le terme de fitna recouvre dans les pays d’Islam au Moyen Âge des réalités très diverses selon les régions, les époques et les témoignages parvenus jusqu’à nous. On appelle souvent « Grande fitna » le conflit de succession au califat qui a opposé, au milieu du VIIe siècle, les partisans de ‘Alî, gendre et cousin du Prophète, aux partisans de Mu‘âwiya, fondateur de la dynastie des Omeyyades. D’emblée la question de la fitna s’est donc posée en termes politiques et religieux.L’objectif de cette table-ronde sera d’insister sur la diversité des situations et sur la nécessité de replacer les fitnas dans leur contexte, entre le VIIe et le XIIIe siècle, pour comprendre leur origine, leur nature et leurs conséquences.

Réserver

Table ronde : Peut-on parler de révolution dans l’islam médiéval ?

Atelier (niveau -1)

Modérée par Gabriel Martinez-Gros - Historien français, spécialiste de l’histoire politique et culturelle d'al-Andalus, actuellement professeur d'histoire médiévale du monde musulman à l'Université de Paris-X, avec Cyrille Aillet – Historien français et Professeur des universités à l’Université Lyon 2, Yann Dejugnat - Maître de conférences en histoire médiévale à l’université Bordeaux Montaigne et David Bramoullé - Maître de conférences à l’Université Toulouse 2 – Jean Jaurès.

L’idée de Révolution est associée dans notre esprit à une liberté conquise par les humains au détriment du destin, voire à la promesse d’un Eden terrestre. Peut-on en ce sens envisager une ‘révolution’ dans l’univers de l’Islam médiéval dont l’horizon est limité par la toute-puissance divine, mais surtout par le message de la Prophétie et les commandements de la Loi ? Plus généralement, comment les principaux courants de l’Islam médiéval ont-ils abordé la question des bouleversements politiques ?

Réserver
À 18h :



Table ronde : Islam révolutionnaire ou conservateur ?

Bibliothèque (niveau 1)

Modérée par Gabriel Martinez-Gros - Professeur d'histoire médiévale du monde musulman à l'Université de Paris-10, avec Alexandre Kazerouni – Chercheur à l’ENS, université Paris Sciences et Lettres (PSL) et Rémy Madinier - chercheur au CNRS, il co-dirige le Centre Asie du Sud-Est ainsi que l’Institut d’Études de l’Islam et du monde musulman (IISMM-EHESS).

L’Islam a été volontiers qualifié de réactionnaire par l’Europe triomphante du XIXe siècle, de conservateur pour ses réticences envers le communisme pendant la Guerre Froide, de révolutionnaire ou de ‘radical’ depuis la Révolution iranienne de 1979, puis le déploiement du jihadisme. Faut-il voir dans ces évaluations contradictoires la conséquence des bouleversements profonds du monde islamique, ou les illusions partiales de notre langage ? Ou les deux ?

Réserver

Conférence de Kamel Daoud, Révoltes et révolutions : le rôle de la religion

Salle du Haut-Conseil (niveau 9)

Animé par Tewfik Hakem avec Kamel Daoud - écrivain et journaliste, il a tenu pendant près de vingt ans une chronique quotidienne, «Raïna Raïkoum» au Quotidien d’Oran. Il est aujourd’hui chroniqueur à l'hebdomadaire « Le Point » et signe des tribunes régulières dans plusieurs journaux internationaux. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et recueils, dont Meursault, contre-enquête (Barzakh, 2013 ; Actes Sud, 2014) pour lequel il a reçu le Goncourt du premier roman 2015. Kamel Daoud a été lauréat en 2019 du Prix mondial Cino Del Duca remis par l’Institut de France et a été titulaire de la chaire «Écrivain invité» durant la même année à Sciences Po Paris.

Comment la Religion arrive-t-elle presque toujours à voler nos révolutions ? Comment opère-t-elle pour ce hold-up des espoirs et des soulèvements ? Comment a-t-on pu faire changer de définition à l’utopisme et qui le définit désormais ? Avec quels moyens ? Comment est-on passé du culte du développement à celui du « paradisme » et au culte de « la restauration » du passé mythifié ? une analyse subjective, personnelle, « impliqué» de ce que l’auteur a vécu comme une aventure intellectuelle et artistique depuis quatre décennies.

Réserver





LinkedIn
Facebook
Twitter
Academia.edu
ResearchGate


Notre newsletter



Nos éditions




Vient de paraître
9782226443502-j
Mada
Iyas
Cineastes
Formes
Chabbi_Adam
CoranHistoriens
Contro
Maroc