Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Jeudi 17 Novembre 2016

Professeurs "débarqués" et étudiants en gréve à l'Institut Al-Ghazali de la grande mosquée de Paris



" La colère couve à l’Institut de formation des imams et des aumôniers Al Ghazali de France, établissement pédagogique sous la tutelle directe de la Grande mosquée de Paris. Corps enseignant et étudiants font cause commune contre l’actuel recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, auquel ils reprochent d’avoir « débarqué » des professeurs de valeur et expérimentés, qu’il aurait remplacés par des formateurs qu’il aurait lui-même « adoubés »."

 

Source . Institut al Ghazali


L’Institut Al-Ghazali, fondé en 1993 au sein de la Grande Mosquée de Paris, forme, selon les années, entre 20 et 50 imams, dont beaucoup sont ensuite affectés au réseau de mosquées affiliées à la Grande Mosquée de Paris, soit environ 540 mosquées.

Dans un communiqué rendu publique, les 14 professeurs l’Institut alertent sur une « rentrée troublée ». En effet, la direction a décidé de façon unilatérale et sans préavis de les « remercier ». Ces derniers « ont appris leur ‘‘ licenciement ’’ le 5 novembre dernier, soit le matin même de la rentrée ». Prenant connaissance des faits, les étudiants se sont mis spontanément en grève et ont refusé de cautionner ce coup de force. Le 12 novembre, ils ont signé une motion de soutien à leurs professeurs, qui a été adressée au recteur de la Grande mosquée de Paris ainsi qu’aux autorités algériennes (ministère des Affaires religieuses et des Wakfs), accompagnée d’une lettre dans laquelle ils exposaient la confusion régnant au sein de l’institut.

Par ailleurs, à la lecture du communiqué, nous apprenons avec effarement que bien que les professeurs victimes de ce « licenciement » brutal officiaient depuis de longues années à l’Institut d’al-Ghazâlî, ils étaient pour la plupart des travailleurs non déclarés. Au-delà de cet élément sordide, le communiqué précise que « les enseignants et les étudiants, solidaires, sont atterrés de constater qu’à une époque où les pouvoirs publics insistent sur le rejet des financements étrangers, sur la qualité de l’enseignement théologique musulman, sur la connaissance indispensable de l’histoire, des institutions et de la civilisation françaises, M. Boubakeur autorise des imams, venus de l’étranger, à être les formateurs de futurs imams et aumôniers. Comment espérer, dans ces conditions, former des imams qualifiés et respectueux des lois et des principes de la République française ? », s’indignent les enseignants. »

Le fruit de longues années de travail et d’enseignement consacré à lutter contre l’idéologie intégriste se trouve ainsi menacé. C’est pourquoi, les étudiants, soulignant unanimement la qualité de l’enseignement prodigué à l’institut depuis de nombreuses années, concluent leur lettre par un appel « à réintégrer l’équipe des professeurs de l’Institut Al Ghazali ».





Nouveau commentaire :