Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Mardi 25 Avril 2017

Mais pourquoi n'a-t-on pas plus de livres arabes traduits en français ? (Bookwitty)


"Il est difficile de convaincre un éditeur non-spécialisé d’accepter de se lancer sur un projet en arabe : on me dit que le texte que je propose semble intéressant mais que personne ne lit l’arabe dans la maison d’édition et que celle-ci ne peut pas se faire d’elle-même une idée de l’original."



Mais pourquoi n'a-t-on pas plus de livres arabes traduits en français ? (Bookwitty)

Publié le 27 janvier, 2017 (Cet article a été mis à jour le 3 avril, 2017)

De Pierre Georges
"Il est difficile de convaincre un éditeur non-spécialisé d’accepter de se lancer sur un projet en arabe : on me dit que le texte que je propose semble intéressant mais que personne ne lit l’arabe dans la maison d’édition et que celle-ci ne peut pas se faire d’elle-même une idée de l’original."  

Le témoignage du traducteur Lofti Nia illustre les difficultés qu'ont les textes écrits en arabe pour s'imposer sur le marché éditorial francophone. 

Comme l'avait annoncé la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, lors du Salon du livre francophone de Beyrouth en novembre 2016 , le Centre national du livre (CNL) vient de lancer une aide exceptionnelle à la traduction d'ouvrages en langue arabe. 

Pour les projets examinés au cours de l'année 2017, le taux de subvention aux éditeurs pour la traduction d'ouvrages d'auteurs d'expression arabe en langue française doit passer de 40% environ à 70%, assure-t-on au CNL. Même chose dans l'autre sens, du français vers de l'arabe.

L'essor du "livre islamique"

Si ce n'est pas la première fois que le CNL met en place ce type d'aide à la traduction (la Corée du Sud ou le Brésil en ont déjà bénéficié), le geste veut booster l'activité de traduction entre les deux langues, toujours aussi timide.
"Economiquement parlant, traduire de l'arabe relève du sacerdoce, regrette Lofti Nia. Alors que les traducteurs de l'anglais ou de l'espagnol peuvent traduire trois ou quatre livres par an, il est difficile d'envisager qu'on puisse vous confier trois projets conséquents dans l'année en arabe."


Retrouvez la suite de cet article sur le site de BOOKWITTY.
 




Nouveau commentaire :