Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Samedi 5 Avril 2014

Les islamistes tunisiens. Entre l'Etat et la mosquée

Par Alexandre EL BAKIR








·  Auteure : Séverine Labat
·  Broché: 265 pages
·  Editeur : DEMOPOLIS (2014)
·  Collection : DOCUMENT

Description de l'ouvrage

Ce livre original et percutant permet enfin de comprendre la dynamique surprenante des événements en Tunisie depuis la chute du président Ben Ali.
Au point de rencontre entre la recherche universitaire et l'enquête de terrain, l'auteur réussit grâce à son parcours exceptionnel, sa maîtrise de la langue arabe et ses relations personnelles avec les principaux dirigeants politiques du pays à échapper aux clichés qui encombrent les médias.
Ennahda, inspiré de l'idéologie des Frères musulmans, ne représente pas l'islam modéré mais un parti fondamentalement antidémocratique ayant construit un appui populaire indéniable. Aussi inacceptable que soit la violence politique, elle est le corollaire inévitable d'une tension croissante entre un pôle de résistance laïque et la puissante dynamique islamiste. La mouvance salafiste radicale connaît une expansion sans précédent et en changeant d'échelle, elle accentue sa propension à l'usage de la violence.
La thèse dominante de l'affaiblissement et de la disparition prochaine de l'islamisme en Tunisie destiné à suivre le même chemin que l'Egypte est une grave erreur et, si elle est rassurante, elle dissimule les véritables enjeux d'un pays engagé sur la voie d'une montée des violences comme la Tunisie contemporaine n'en a encore jamais connue.
- Un livre iconoclaste et courageux.
- Un livre important par une spécialiste des islamistes du maghreb.
- Un auteur habitué des médias : Le Figaro, Le Monde, Nouvel Obs, l'Humanité.
- Parution pour l'anniversaire de la chute de Ben Ali.
 
Biographie de l'auteur
Séverine Labat, docteur en Sciences politiques, est chercheure au CNRS/CADIS (Centre d'analyse et d'intervention sociologique). Auteure de Les islamistes algériens : entre les urnes et le maquis (Le Seuil, 1995) et de La France réinventée : les nouveaux bi-nationaux franco-algériens (Publisud, 2010), elle a également réalisé des documentaires pour la télévision française parmi lesquels Vol AF8969, Alger-Paris, histoire secrète d'un détournement (2002) ; Algérie 1988-2000 : Autopsie d'une tragédie (2003) ; Le martyre des sept moines de Tibhirine (2013).

L'ouvrage Les islamistes tunisiens. Entre l'Etat et la mosquée, publié par Séverine Labat en 2014 aux éditions Demopolis, est un livre complet et riche, qui a pour ambition d'analyser la situation de la Tunisie contemporaine à l'aune de la place du mouvement islamiste Ennahda sur la scène politique et au sein de la société tunisienne.
   
Il s'agit d'un ouvrage on ne peut plus d'actualité, après l'adoption de la nouvelle constitution tunisienne le 7 février 2014, en présence notamment du Président de la République Française François Hollande, constitution résolument moderniste et progressiste.

Compréhension des événements successifs et interrogations sur l'islamisme tunisien
   
L'auteur choisit de citer en exergue la phrase suivante d'Antonio Gramsci : "le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur, surgissent les monstres". En ayant fait le choix de mentionner cette citation au début de son ouvrage, Séverine Labat montre bien l'angle qui est le sien pour interroger la situation de la Tunisie d'aujourd'hui et la place qu'y occupent les islamistes.
   
Elle découpe son ouvrage en 10 chapitres clairs, vivants et compréhensibles pour le néophyte autant qu'exigeant pour le spécialiste. Sans rentrer dans le détail des arguments développés dans le livre, on peut en résumer ainsi les conclusions principales.

Quel est le véritable visage de l'islamisme tunisien ?
   
La chercheuse au CNRS, docteur en sciences politiques, présente d'abord la cacophonie postdictatoriale qui a suivi le départ de Ben Ali du pouvoir en janvier 2011. Elle montre bien comment l'immédiat après Ben Ali voit la primauté des questions politiques sur les enjeux socio-économiques, dans le contexte d'une transition marquée par une certaine  perpétuation de l'ancien régime et un chaos palpable. Dans ce cadre, la victoire des islamistes d'Ennahda aux élections législatives marque le premier jalon d'une polarisation de la société et du champ politique tunisien.
   
Le retour du leader du mouvement islamiste, Ghannouchi, réprimé et en exil sous Ben Ali, témoigne à la fois de l'organisation des frères musulmans et des divisions qui existent en Tunisie, notamment mais pas seulement entre la gauche laïque et les islamistes. Ghannouchi, tenant d'une idéologie proche du wahhabisme saoudien, tente d'instaurer en Tunisie des règles étrangères à sa tradition d'ouverture et de modernité entamée sous l'ère Bourguiba.
   
À ce titre, Séverine Labat compare la notion "d'islamisme modéré" au "règne de l'oxymore". Elle pointe les quelques points communs et les nombreuses différences avec l'AKP turc d'Erdogan et présente les arguments qui étayent bien en quoi l'Algérie et sa décennie 1990 constituent un contre-modèle que refusent l'immense majorité des Tunisiens. Son analyse apparaît particulièrement aiguisée quand elle démontre que l'islamisme est un facteur de dilution du lien national, voulant entraîner le pays dans une internationale islamiste en rupture avec l'histoire de la Tunisie depuis son indépendance en 1956. Elle explique aussi comment la relation ambivalente entre Ennahda et les salafistes, entre connivence et confrontations, constitue une ligne de fracture au sein du pays, autour de la compétition pour le contrôle du champ religieux et la délégitimation des autres forces politiques, syndicales et sociales du pays au profit d'une confusion entre religion et utilisation de l'islam à des fins politiques.

Le refus de la violence ou l'impossibilité de la concrétisation du projet islamiste

Par la suite, l'auteur démontre en quoi l'usage de la violence et du terrorisme (attaque de l'ambassade des Etats-Unis à Tunis, assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, controverses violentes entre féministes et islamistes...) témoigne du refus majoritaire des Tunisiens de l'inscription dans la durée de leur pays dans un cycle d'affrontements sanglants et de menaces quotidiennes sur la sécurité des biens et des personnes.
   
Face aux impasses de l'islamisme, l'incapacité à assurer un dynamisme de l'économie, face à l'éclatement des partis démocrates, à une reconfiguration politique de l'opposition à Ennahda pleine d'interrogations  (Moncef Marzouki, Mustapha Ben Jaafar...), la Tunisie se situe à la croisée des chemins, oscillant entre interrogations sur elle-même et influences différenciées, parfois contradictoires, de ses partenaires que sont l'Union Européenne, au premier rang la France, les Etats-Unis et les autres pays du Monde Arabe.
   
À cet égard, il faut rappeler que l'Union Européenne occupe une place essentielle dans la vie socio-économique du pays : 78% des exportations de Tunisie, 65% des importations tunisiennes en proviennent, elle génère 85% de ses revenus du tourisme et elle assure 75% des investissements étrangers dans le pays. Cela impose de repenser les enjeux de l'avènement d'un nouvel espace méditerranéen. À titre d'exemple, la Tunisie pourrait devenir, à l'instar du Maroc, seul pays de la rive sud dans cette situation, un pays central pour le partenariat privilégié avec l'Europe, si elle obtient le statut avancé qui est celui du Maroc et qui permet d'intensifier la coopération politique, économique, sociale et culturelle entre les deux entités.

Un livre pédagogique qui ancre pleinement la situation tunisienne dans son contexte
   
Sans nul doute, l'un des apports de ce livre est également de pouvoir situer la trajectoire du pays par rapport aux autres Etats de la Région. Sans conteste, la Tunisie est aujourd'hui avec le Maroc le pays le plus démocratique du Monde Arabe, au sein duquel les libertés publiques sont perfectibles mais demeurent les plus développées. Coincé entre une kleptocratie pétrolière reposant sur l'armée à l'ouest et un Etat en voie de décomposition dans la Lybie de l'après Kaddafi, la Tunisie représente un espoir pour les autres pays de la région (Egypte, Liban, Syrie...), celui d'un passage progressif d'une dictature à la démocratie.
   
Il est bien entendu trop tôt pour savoir si ce constat optimiste se vérifiera dans l'avenir. On peut néanmoins avec ce livre saluer l'intérêt de la démarche tunisienne et l'apport au monde dont ce pays témoigne, quand la volonté d'un peuple, majoritairement musulman en l'occurrence, parvient, tôt ou tard, à triompher de l'autoritarisme et de l'obscurantisme.

Publication en partenariat avec le site nonfiction.fr .





1.Posté par SPORTISSE Michel le 10/04/2014 21:05
Je partage globalement l'opinion de M. El Bakir. L'étude de Séverine Labat qui est, par ailleurs, le fruit d'un travail de terrain de plusieurs années dans les milieux islamistes au Maghreb, a surtout le mérite de poser les bons jalons pour une meilleure compréhension de la situation créée en Tunisie au lendemain d'une rébellion populaire exemplaire par son courage et sa détermination. Toutefois, celle-ci ne débouche pas forcément sur une transformation politique en profondeur si les débouchés en terme de perspectives ne sont pas clairement préparées. Si le titre de l'étude reflète bien les recherches de l'auteur, il ne doit pas conduire le lecteur à envisager le travail de Séverine Labat en tant que cadre réducteur : il s'agit bien ici de tracer un portrait de la Tunisie actuelle et à venir. Quoi qu'il en soit, au-delà des divergences politiques sur le type de société qu'il faut construire dans ce pays, un des paris les plus formidables auquel il faudra faire face, c'est la résorption du chômage massif, la réduction des injustices sociales criantes et un véritable essor économique profitant à l'ensemble du peuple tunisien. C'est peut-être lorsque seront résolus ces questions-là que l'islamisme apparaîtra pour ce qu'il est réellement : le gouffre aux chimères des peuples arabes. C'est pourquoi, le livre de Séverine risque d'être de plus en plus actuel dans les mois à venir.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 3 Novembre 2014 - 22:40 La Tunisie après les élections