Les cahiers de l'Islam


Mustapha Cherif
Mustapha Chérif est responsable du Master d'Islamologie à l'université ouverte de Catalogne. Il est... En savoir plus sur cet auteur
Mardi 26 Mars 2013

La culture du vivre ensemble en toute équité: le couple face à la crise morale



" Contrairement aux préjugés et pratiques archaïques, la civilisation musulmane et la culture arabe honorent la femme". C'est ce que démontre ici, à partir des textes, le Pr Mustapha Cherif. Signalons que ce denier se trouvait récemment à Rome pour recevoir le prix de la culture de la paix, et s'entretenir au Vatican avec le nouveau souverain pontife, François, dans le cadre du dialogue inter-religieux .

La culture du vivre ensemble en toute équité: le couple face à la crise morale
Contrairement aux préjugés et pratiques archaïques, la civilisation musulmane et la culture arabe honorent la femme. Au sujet de la cellule familiale, du rapport entre l’homme et la femme, le premier point essentiel a trait à l’égalité et l’équité entre l’homme et la femme. Le passage de l’époque préislamique à celle qui commence avec la Révélation est un changement radical qui améliore nettement le statut humain et social de la femme. Contrairement à une idée répandue, l’islam voit clairement d’abord la question sous l’angle éthique de l’égalité de la femme et de l’homme.
Ontologiquement, la femme en islam est l’égale de l’homme, même si, à ce sujet, la version musulmane n’est pas celle du féminisme extrémiste et du libéralisme sauvage. Le concept-clef qui fonde l’égalité est celui d’humains, al-nâs en arabe, terme cité trente-quatre fois par le Coran. Contrairement aux interprétations qui restreignent ce terme aux seuls hommes, il souligne l’égalité et la complémentarité. Il préconise, entre les deux sexes, un partage dans la réciprocité et la cohérence.
La sourate « Les Femmes » est claire : « Humains, prémunissez- vous envers votre Seigneur. Il vous a créés d’une âme unique, dont il tira pour celle-ci une épouse ; et de l’une et l’autre, Il a répandu des hommes en nombre et des femmes. Prémunissez-vous envers Dieu, de qui vous vous réclamez dans votre mutuelle sollicitation et aussi envers les matrices. En vérité, Dieu vous observe en permanence ! » (4 : 1). 
 

C’est là le propos premier, principal. L’accent est mis sur l’idée selon laquelle la vérité de l’existence est à chercher dans l’origine et le devenir communs, dans l’égalité, la relation, l’union, non pas chez l’un ou chez l’autre, pas plus que dans la domination, la séparation ou l’opposition.
L’égalité face à Dieu est signifiée sous des formes diverses tout le long du Coran. Revenir à la source des textes religieux pour ériger une théorie coranique de l’égalité des genres est possible. Le Coran et la Sunna s’adressent autant à l’homme qu’a la femme. Preuve de l’égalité, l’ensemble du discours coranique s’adresse à la fois aux hommes et aux femmes, en utilisant le masculin et le féminin : « Ô croyants, ô croyantes ! », dans tous les sens du terme.
En langue arabe, il n’est pourtant pas nécessaire d’utiliser le masculin et le féminin pour faire référence aux deux sexes. Cependant, afin qu’il soit clair que l’adresse soit autant en direction des deux genres, le texte sacré utilise le féminin et le masculin. Cette précision indique que le Message de l’islam concerne les hommes et les femmes.
C’est une révolution par rapport à toutes les autres traditions religieuses et culturelles : «Les musulmans et les musulmanes, les croyants et les croyantes, les hommes pieux et les femmes pieuses, les hommes sincères et les femmes sincères, les hommes patients et les femmes patientes, ceux et celles qui craignent Dieu, ceux et celles qui pratiquent la charité, ceux et celles qui observent le jeûne, ceux et celles qui sont chastes, ceux et celles qui invoquent souvent le Nom du Seigneur, à tous et à toutes Dieu a réservé Son pardon et une magnifique récompense » (33 : 35).
  


La culture du vivre ensemble en toute équité: le couple face à la crise morale
Comme le reconnaissent même ses opposants, le Prophète a toujours eu un comportement exemplaire, profondément humain et respectueux de ses épouses et des femmes en général. Il leur accordait de la considération. Il n’a jamais porté la main sur l’une d’elles, ni utilisé contre quiconque la moindre violence. A chaque occasion, il rendait hommage aux femmes et leur confiait des responsabilités de premier plan.
Le Prophète se souciait de la condition de la femme et de la structure du vivre- ensemble, qui nécessite de dépasser les différences, sans pour autant les nier. L’égalité, l’équité et la complémentarité sont au fondement de la relation homme-femme signifiée par le Coran et le Prophète : « Quiconque, homme ou femme, aura fait le bien tout en étant croyant, Nous lui assurerons une vie heureuse. Et Nous les récompenserons en fonction des meilleures de leurs œuvres » (16 : 97). La femme est l’autre, mais elle est aussi le même. Comme pour l’homme, elle est celle à qui l’on parle et qui a le droit à la parole.
Il ne peut y avoir une hiérarchie ou supériorité injuste de l’un sur l’autre, mais un rapport de respect, de complémentarité et d’interdépendance. L’homme et la femme, selon l’expression coranique, sont le vêtement de l’un et de l’autre, même si le mystère de la relation femme- homme reste entier, que l’homme est mis face à ses prérogatives d’époux pour assumer et subvenir obligatoirement aux besoins de sa famille, et qu’en matière de prise de décision dans les affaires familiales, la responsabilité finale, après consultation de l’épouse, incombe à l’homme.

Sans le regard de l’autre, la comparaison à d’autres, il est difficile de pratiquer l’autocritique et de progresser. Cependant, le discours dominant aujourd’hui, dans le monde, empêche de comprendre que les valeurs de chacun ne sont pas les seules possibles, que d’autres références, d’autres systèmes de pensée ont permis et permettent encore à des sociétés humaines, de s’épanouir, voire d’articuler les aspects essentiels de la vie. Le monde qui prévaut, certes fort de ses acquis scientifiques, a tort de ne voir dans les religions et les cultures des autres, que superstition, fiction et arriération, alors qu’elles ont su et savent encore réaliser entre l’homme et le monde, entre l’homme et les autres un équilibre, que la tendance générale ne sait plus réaliser.
La famille, qui était le lieu de l’humanisation, de la régénérescence et de la sociabilité, subit les domaines angoissant des conflits, des violences, des ambivalences et des confusions : confusion entre le proche et le lointain, le vrai et le faux, le bon et le mauvais, confusion qui est une dépendance aussi bien à la mauvaise mère ou au mauvais père (trop d’interdits, trop d’absence, trop de séparation, trop de frustration, trop de douleur) qu’à la trop bonne mère et au trop bon père (fusion, trop de présence, trop de laxisme et de permissivité).
Tout se passe, faute de politique et de culture éclairées, comme si la fonction paternelle, la norme éthique, qui régule, n’était pas comprise et appliquée, ou à tout le moins mal régulée; comme si les hommes d’aujourd’hui, tels ces enfants qui transgressent pour qu’on leur fixe des limites, s’abandonnent à une démission ou satisfaction pulsionnelle illimitée, mais aussi à des états de violence, de désespoir et de solitude sans nom, préludes au suicide. Les jeunes, qui se livrent aux excès, souvent les donnent à voir dans l’espoir de provoquer une réaction, une réponse. Ils attendent secrètement qu’une régulation émane d’un ordre supérieur

Les hommes d’aujourd’hui commettent des transgressions de manière plus sauvage que par le passé et sombrent dans les excès. En réinventons un rapport juste et équilibré entre le féminin et le masculin, entre le père et la mère, entre les générations, il sera possible de faire face aux défis de notre temps. Gardons nous d’imiter des modèles inadaptées à notre ligne du juste milieu.
Pour le Prophète, l’altérité féminine est la plus belle, la plus profonde et la plus secrète des altérités, qu’il faut respecter et estimer. Si la femme n’est pas un homme, elle est et demeure humaine, à l’opposé des extrémistes religieux qui dévalorisent la femme.
Il y a lieu, à ce niveau, de garder le cap sur la ligne médiane : ni enfermer, cacher et obscurcir la femme, ni l’exposer dans un exhibitionnisme humiliant. Garder la mesure est la ligne de conduite. Au Paradis, le voile de lumière, nous dit la tradition, séparait Adam et Eve de la vue de leur corps; lorsqu’ils mangèrent du fruit interdit, ils découvrirent leur nudité, en même temps que leur apparut la nécessité de porter un vêtement, premier sentiment de pudeur.
« Etre le vêtement l’un de l’autre » (verset) est l’une des plus belles paraboles du Coran qui marque le devenir commun. Chacun doit préserver l’intimité de l’autre, se porter assistance et tendresse. La société n’a pas besoin de brutalité, mais de douceur.

Site internet de l'auteur : http://mustapha-cherif.net/