Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Mustapha Cherif
Mustapha Chérif est responsable du Master d'Islamologie à l'université ouverte de Catalogne. Il est... En savoir plus sur cet auteur
Samedi 9 Novembre 2013

L'homme et la nature



L’histoire de l’islam fait apparaître que la civilisation musulmane a toujours misé sur les rapports entre l’homme et la nature. Devant les problèmes d’aujourd’hui, Mustapha Chérif estime que le Coran peut conduire à l’élaboration d’une théologie écologique.
L'homme et la nature

Sauvegarder la planète et l’humain

Nous sommes inquiets face aux atteintes que subit notre planète. Nous devons tous moralement êtres des écologistes, au chevet de la nature. C’est une question de survie. Le Coran n’est pas un livre de vulgarisation de la science écologique, mais, sans exagération, toutes ses affirmations sur la nature, l’univers, la vie, sont bénéfiques à l’humanité. Il suffit de vérifier ses affirmations, versets par versets; il appelle à prendre conscience que tout l’écosystème est lié. La protection de la nature dans toutes ses dimensions dépend des valeurs morales et éthiques que l’on porte. La force du Coran réside dans le fait qu’il lie l’homme et la nature.
Il décrit avec précision des phénomènes naturels utiles pour l’humain: la pluie, le vent, les saisons, les plantes, les fruits. Les prescriptions coraniques visent à acquérir des habitudes et des comportements permettant de sauvegarder la planète pour sauvegarder l’humain et l’ordre naturel.

Le Coran a pour but d’éveiller le respect de la nature créée pour être le lieu de séjour temporaire des êtres humains. Tout le discours coranique et prophétique exige le respect de l’ordre naturel, notamment les animaux, l’eau, les arbres et les plantes. C’est une invitation à la culture écologique afin de s’imprégner des signes de la Création. Le Coran a permis la civilisation islamique de par le fait qu’il ordonne l’harmonie avec le cosmos et les autres êtres vivants et naturels.

Il faut retenir que les formulations coraniques des versets sur la nature, la vie, la création, les sciences physiques et naturelles ne sont jamais démenties par le progrès scientifique. Le Coran n’est pas un livre de science écologique, mais tout ce qu’il énonce est conforme à la logique du respect de l’environnement comme fondement primordial.

Le musulman est fier de la logique coranique naturaliste. Il constate les rapprochements entre le discours de la révélation et la science naturelle écologique, même si le Coran selon ses propres dires éclaire et dépasse les limites de la raison, traite amplement des sujets scientifiques écologiques et défie l’esprit humain par ses précisions: «Ne méditent-ils donc pas le Coran? S’il provenait d’autre que Dieu, ils y auraient trouvé des contradictions abondantes» (S 4, V 82).

L’abondance des sujets sur la nature, traités par le Coran est exceptionnelle: la création, l’astronomie, la terre, le règne animal et végétal, la reproduction humaine, l’eau, la lumière. Il fait nettement allusion à la logique de la mesure, de la modération et de la préservation de la création, qui renforce la théorie environnementale moderne. Par exemple lorsque le Coran affirme : « Les dénégateurs ne voient-ils pas que les cieux étaient continus avec la terre, et que Nous les avons séparés, et qu’à partir de l’eau Nous avons constitué toute chose vivante?...» (S 21, V 30) c’est un signe lié à la théorie de la formation de l’Univers et de la terre à partir de l’eau, contenue dans un verset.

L’évolution et les transformations naturelles sont aussi clairement exprimées. Faire fructifier le vivant, respecter l’environnement, la nature humaine, toutes les expressions de la nature et ne pas commettre des désordres et pollutions nuisibles sont des exigences coraniques. L’islam met l’accent sur la consommation mesurée afin de ne pas porter atteinte aux bienfaits de la nature.

Un impératif de survie

Les savants musulmans du temps des heures de gloire de la civilisation ont inventé des systèmes d’utilisation, d’irrigation et des instruments hydrauliques géniaux pour satisfaire sans excès les besoins et avec égalité distribuer le bien précieux que représente l’eau. Etre écologique est perçu comme un impératif de survie lié à la situation des sociétés arabo-musulmanes.

Les arguments et démonstrations du Coran se fondent sur des principes naturalistes et logiques, y compris lorsqu’il décrit les courants marins: «Il a donné libre cours aux deux mers pour se rencontrer; Il y a entre elles un isthme qu’elles ne dépassent pas.» (55:19 -2)]. Le Coran explique que l’eau et les denrées naturelles c’est la vie, il ne faut pas les gaspiller. Il précise le processus de formation de la vie: « Ceux qui ont mécru, n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte? Ensuite Nous les avons séparés et fait de l’eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas?» (S 21, V30)

Le Coran de manière naturaliste démontre que la terre tout entière est un lieu unique à ne pas dilapider. La Parole divine ouvre des possibilités infinies pour protéger la nature et soutenir son exploitation raisonnable, afin que les dimensions durable et renouvelable dominent. Dans le Coran, le respect de l’être humain et des autres vivants, plantes et animaux sont liés. Le Coran lie la bonne marche de l’humain, son équilibre et sa relation féconde à son milieu. « La propreté est concomitante à la foi » dit une parole du Prophète. Faire les ablutions cinq fois par jour sans gaspillage et retirer ses chaussures avant de rentrer dans un lieu de prière sont des signes de l’importance accordée à l’hygiène et au milieu sain.

En phase avec la nature

Selon le Coran l’homme est programmé dans sa prime et originelle nature, «fitra», pour croire en Dieu, pour vibrer comme un atome en phase avec la nature et le cosmos. Entendre et voir pour comprendre le milieu naturel dans lequel nous vivons. Le Coran sollicite les cinq sens, et principalement la vue et l’ouïe. Dans leur organisation perceptive, l’ouïe et la vue offrent les informations les plus pertinentes dans leur interaction dans l’environnement.

Le « vrai » ce n’est pas seulement l’au-delà, le royaume des cieux, c’est le respect de la création, et l’utilisation sage et économe des richesses de la nature, sans porter atteinte à son équilibre. La destruction de l’environnement par l’homme est contraire aux enseignements des religions, en particulier ceux de l’islam. L’islam se veut une religion qui met l’accent sur le devoir majeur de respecter l’environnement. Le Coran qualifie explicitement la nature comme étant un signe de la vérité et insiste sur le lien indissociable entre l’homme et la nature.

Le Coran offre une vision intégrée de l’Univers, ou l’humain et la nature sont liés pour former une partie intégrante d’une conscience vivante. L’homme doit assumer la responsabilité de veiller à la préservation de la nature, don de Dieu. La vision écologique de l’islam s’enracine dans une vision équilibrée du monde, où rien n’est omis. Du point de vue du Coran, la terre, les montagnes, le ciel, sont des partenaires digne du dialogue avec Dieu.

Il y a dans le Coran une dimension cosmique et écologique. Nous pouvons en tirer une théologie musulmane de la libération et une théologie écologique. La libération de l’humanité est liée aussi à la remise en cause des conditions d’exploitation outrancière de la terre. L’injustice sociale et l’atteinte à la nature sont les signes du caractère déraisonnable de la société capitaliste de consommation effrénée et de libéralisme sauvage. Sauver la planète et l’humanité des menaces qui planent sont deux mots d’ordre indissociables que tout musulman conscient doit garder en vue.




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 30 Avril 2016 - 13:45 L'Islam et sa modernité (Seconde partie )

Vendredi 29 Avril 2016 - 22:32 L'Islam et sa modernité (Première partie )