Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Samedi 17 Janvier 2015

Haoues Seniguer : De l'islam radical en France



Haoues Seniguer
Haoues Seniguer

Haoues SENIGUER est maître de conférences en science politique à l'Institut d'Études Politiques de Lyon (IEP). Il est chercheur associé au GREMMO  (UMR 5291) et à l'Observatoire des Radicalismes et des Conflits Religieux en Afrique (ORCRA), Centre d'Études des Religions (CER), UFR des Civilisations,Religions, Arts et Communication (CRAC), Université Gaston-Berger, Saint-Louis du Sénégal.

Les Cahiers de l’islam :   Y a-t-il des éléments explicatifs à l’attrait de certains jeunes français de confession musulmane pour des groupes comme Daesh ?

Haoues Seniguer Il est difficile de répondre à une question aussi vertigineuse. Tout au plus peut-on émettre quelques hypothèses. À mon sens, il y a trois ingrédients associés, qui peuvent exercer un attrait sur certains jeunes français de religion musulmane, dont les effets peuvent être alors dévastateurs : un parcours chaotique, une ré-découverte ou une découverte de l'islam à forte valeur ajoutée identitaire, et un imaginaire mondialisé, via la viralité du Net et l'irruption continue d'images horrifiques, terrifiantes et sanglantes provenant de parties du monde arabe et/ou majoritairement musulman en guerre. 

Les Cahiers de l’islam : Certains parlent d’une infiltration de la France par « Al-Qaïda » , qu’en pensez-vous ?

Haoues Seniguer Si par "infiltration de la France par "Al-Qaïda", on entend l'existence de cellules ou de groupuscules en lien direct avec l'organisation en question, c'est possible mais je n'ai pas les moyens d'en vérifier la véracité ou l'inanité, et, par conséquent, d'en avoir la certitude irréfragable. En revanche, la pénétration en France des idées d'al-Qaïda, fondées sur une lecture excommunicatrice de l'islam, est avérée compte tenu des événements récents.

Les Cahiers de l’islam : En tant qu’observateur et spécialiste de l’islam radical, pensez-vous que le type d’attaque terroriste contre Charlie Hebdo était prévisible en France ?

Haoues Seniguer Je ne me considère pas comme un spécialiste de l'islam radical mais comme un chercheur travaillant sur les rapports entre religion et politique dans les mondes de l'islam, essentiellement de langue française et arabe.
 Concernant votre interrogation, je dirai qu'il est toujours plus facile de répondre après. Mais plusieurs événements ou faits significatifs pouvaient néanmoins accréditer la probabilité d'un passage à l'acte violent au nom de l'islam, à un moment ou à un autre : les attentats dans le métro parisien en 1995 commis par les Groupes Islamiques Armés (GIA) algériens, ou, plus récemment, les assassinats de Mohamed Merah en 2012. 
 
Les Cahiers de l’islam : Cet acte terroriste peut-il conduire à un accroissement de l’islamophobie en France et en Europe ?

Haoues Seniguer Certainement. Il est des citoyens ordinaires non-musulmans qui peuvent avoir la tentation de céder à la facilité d'amalgamer islam à radicalisme ou à violence, compte tenu de l'émotion devant des événements incontestablement tragiques et éminemment coûteux en vies humaines. Des leaders d'opinion peuvent aussi contracter et nourrir un tel amalgame mortifère. Et puis tous les adeptes du choc des civilisations, d'où qu'ils soient, qui voient, depuis longtemps, l'islam et les musulmans comme des ennemis irréductibles de la république, de la démocratie et de ses principes.  La côte de popularité d'un Éric Zemmour ou d'un Michel Houellbecq pourrait, de cette façon, croître...

Les Cahiers de l’islam La question de la condamnation du terrorisme islamique revient de plus en plus dans les médias : les radicaux se sentent-ils concernés par les condamnations « officielles » ou venant des fidèles ? Le mouvement Daesh prend-il en considération les condamnations venant de l’intérieur de l’islam ? La question de la condamnation est-elle un faux débat ?
 
Haoues Seniguer La condamnation émanant des structures ou personnalités musulmanes n'est jamais négligeable, tant s'en faut. C'est une question de principe dans des sociétés ouvertes où le fait multiculturel est prépondérant : les non-musulmans ont besoin d'être rassurés dans un contexte de violence qui crée immanquablement de l'incertitude, de l'anxiété et la méfiance de tous contre tous. Ainsi, la question de la condamnation est tout sauf un faux débat. On aurait d'ailleurs tort de le penser. 
Il ne fait pas de doute que ces condamnations ne sont pas matière à effaroucher les idéologues et adeptes de Daesh par exemple, qui sont prêts à sacrifier leur propre vie et celle de leur entourage dans leur vision messianique du monde. Toutefois, les condamnations peuvent servir de contre-feux et tarir les sources de motivation d'individus tentés de rejoindre les rangs d'organisations ou entreprises criminelles agissant au nom de l'islam.
 
Les Cahiers de l’islam : Concernant le rapport entre politique et religion, que vous pensez de l’idée que les hiérarques musulmans et les leaders politico-médiatiques, les penseurs, etc.  « depuis deux décennies […] n'ont pas su, n'ont pas pu, extirper les gènes de l'extrémisme de leur propre tradition »? Ainsi pour G. Bencheikh, auteur de cette affirmation, il ne suffit pas de « dire que les actes terroristes n’ont rien à avoir avec l’islam »). Il n’y a donc pas d’effort massif de déconstruction des discours radicaux dans le monde arabo-musulman ? 
 
Haoues Seniguer  En effet, Ghaleb Bencheikh, qui a l'immense mérite de la constance, met le doigt là où ça fait mal: évoquer, ad intra, les ornières idéologiques, les sédimentations et autres congestionnements doctrinaux qui recouvrent, d'une chape de plomb, la pensée musulmane depuis des temps désormais presque immémoriaux. Ceux qui agissent violemment au nom de l'islam, utilisent les registres de légitimation fournis par toutes sortes de théologiens contemporains qui entretiennent des ambiguïtés indubitables sur la question du recours à la violence sur la base d'une grammaire religieuse nous venant très souvent de l'époque médiévale...




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Octobre 2017 - 09:50 Rencontre avec Vincent Geisser