Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Mardi 25 Août 2015

Franck Frégosi Penser l’islam dans la laïcité



L’auteur montre d’abord que les regards échangés entre l’islam et la laïcité pêchent par manque de rationalité et par excès d’idéologie. La laïcité est trop souvent vue dans l’islam classique comme l’éradication de la religion. A l’inverse, les laïques voient dans l’islam une religion figée, hostile à la liberté et à la modernité, ennemie de l’Occident. Or, l’islam n’est ni uniforme, ni figé : il est au contraire très diversifié et en pleine mutation. Telle est la thèse principale de l’ouvrage.

Publication en partenariat avec IESER-Sorbonne.




FRÉGOSI Franck, Penser l’islam dans la laïcité, Paris : Fayard, collection « Bibliothèque de culture religieuse – Les dieux dans la Cité », 2008, 497 p.


L’auteur montre d’abord que les regards échangés entre l’islam et la laïcité pêchent par manque de rationalité et par excès d’idéologie. La laïcité est trop souvent vue dans l’islam classique comme l’éradication de la religion. A l’inverse, les laïques voient dans l’islam une religion figée, hostile à la liberté et à la modernité, ennemie de l’Occident. Or, l’islam n’est ni uniforme, ni figé : il est au contraire très diversifié et en pleine mutation. Telle est la thèse principale de l’ouvrage.
Sans nier la difficulté de l’islam à reprendre à son compte les présupposés de la laïcité, il convient de la relativiser : elle n’est pas propre à l’islam et elle n’a pas empêché l’émergence de formes de laïcité en pays musulmans. L’enjeu, en France, est moins « la laïcité dans l’islam que l’islam dans la laïcité ». L’auteur montre que, contrairement à ce qu’on imagine, on assiste à un début d’accommodement. La rencontre entre les réalités, diverses et mouvantes, des communautés musulmanes en France et les réalités juridiques de la laïcité s’observe sur le terrain. Le processus engagé résiste aux crises ponctuelles – qui dominent trop souvent le champ médiatique. 
L’auteur étudie ce processus à travers plusieurs thèmes : les pluralités des formes d’appartenances à l’islam ; la pluralité des réappropriations – soit confessionnelle, soit identitaire – de l’islam par les musulmans ; la diversité des modes de pratiques religieuses, avec une prédominance, comme dans les autres religions, de la pratique occasionnelle qui privilégie les rites festifs sur les normes contraignantes. Les Français musulmans abordent l’islam de divers points de vue : spirituel, moral, politique, mais en majorité ils y sont attachés comme à un héritage culturel personnel qui ne leur paraît pas devoir être abandonné, même dans un État laïc et une société sécularisée. L’auteur étudie l’organisation du culte musulman en France, relisant l’histoire récente de l’émergence d’instances nationales et locales, qui doivent réussir à établir leur légitimité pour pouvoir durer et réguler les pratiques religieuses. Il conclut à la nécessité d’interroger non seulement l’islam sur sa capacité d’adaptation, mais aussi la laïcité sur sa capacité à répondre à la situation de la société française d’aujourd’hui, société religieusement plurielle.

Points forts

  • D’emblée, l’auteur se démarque nettement des prophètes qui annoncent la capitulation de Marianne devant la montée de l’islam en France, comme si le choc devait nécessairement se terminer par l’effondrement de la République. Contre les imprécations et les simplismes, il entend privilégier une approche plus rationnelle et plus scientifique, abordant les réalités « du terrain » pour en montrer la diversité et présenter les mutations actuelles.
  • La multiplicité des thèmes est un grand atout de cet ouvrage, de la pratique religieuse des musulmans à la structuration du CFCM (Conseil Français du culte musulman).
  • Certains chapitres sont très éclairants, notamment celui sur « la dispersion de l’autorité religieuse en islam » entre imam, conférencier et jurisconsulte.




Nouveau commentaire :