Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Samedi 3 Juin 2017

Documentaire. “Le Vénérable W” : Barbet Schroeder scrute le doux visage de la haine (Courrier international)


Après le dictateur ougandais Amin Dada et l’avocat de la terreur Jacques Vergès, le cinéaste Barbet Schroeder s’est rendu en Birmanie pour clore sa trilogie sur le mal. Il y a rencontré le moine Wirathu, à l’origine de violentes campagnes islamophobes dans le pays. Son fascinant documentaire, Le Vénérable W., sort le 7 juin, en partenariat avec Courrier international.



Le moine birman Wirathu sait mettre à profit les réseaux sociaux pour propager sa haine islamophobe. Une scène du documentaire "Le Vénérable W." de Barbet Schroder. Photo Les Films du Losange
Le moine birman Wirathu sait mettre à profit les réseaux sociaux pour propager sa haine islamophobe. Une scène du documentaire "Le Vénérable W." de Barbet Schroder. Photo Les Films du Losange

Après le dictateur ougandais Amin Dada et l’avocat de la terreur Jacques Vergès, le cinéaste Barbet Schroeder s’est rendu en Birmanie pour clore sa trilogie sur le mal. Il y a rencontré le moine Wirathu, à l’origine de violentes campagnes islamophobes dans le pays. Son fascinant documentaire, Le Vénérable W., sort le 7 juin, en partenariat avec Courrier international.
“Les caractéristiques des poissons-chats d’Afrique sont : ils grandissent très vite. Ils se reproduisent très vite aussi. Et puis ils sont violents. Ils mangent les membres de leur propre espèce et détruisent les ressources naturelles de leur environnement. Les musulmans sont exactement comme ces poissons.”

Les mots sont assénés d’un ton calme, parfaitement assuré. Celui qui les prononce face caméra, en ouverture du Vénérable W., est loin d’être un obscur inconnu en Birmanie. Le moine Ashin Wirathu est aussi devenu célèbre à l’étranger quand, en 2013, Time, le célèbre magazine américain, l’a mis à sa une avec pour titre “Le visage du terrorisme bouddhiste”.

Le nettoyage ethnique en train de se faire

Présenté en séance spéciale au Festival de Cannes, le documentaire que lui consacre le cinéaste suisse Barbet Schroeder a laissé les critiques médusés. Comme le relève The Hollywood Reporter :
Face à la progression de l’islamophobie en Europe, aux États-Unis et ailleurs, [le] film rappelle que même la doctrine religieuse la plus pacifique risque, si elle est mal interprétée, d’être exploitée à des fins destructrices.”

Retrouvez la suite de cet article sur le site de Courrier international.
 

Pour le public voulant approfondir ce sujet, voici la traduction d'un article du New York Times que nous avons publié sur notre site en 2014.




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 09:55 Libye vente aux enchères d'esclaves