Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Vendredi 10 Février 2017

Cisjordanie, de la colonisation à l’annexion (Le MONDE diplomatique)


L’adoption par la Knesset, le 6 février, d’une loi légalisant le vol de terres privées palestiniennes le confirme : l’extrême droite israélienne mise sur le soutien de la nouvelle administration américaine pour passer de la colonisation à l’annexion de la Cisjordanie. Si la Cour suprême la valide et si la communauté internationale la laisse passer, en dépit de la condamnation des Nations unies, cette législation pourrait marquer un tournant historique pour le conflit : l’abandon de la solution dite « des deux États » au profit de la réalisation d’un État unique. Mais les Palestiniens en seraient-ils des citoyens ou bien les victimes d’un apartheid à l’israélienne ? (Le MONDE diplomatique).



Cisjordanie, de la colonisation à l’annexion (Le MONDE diplomatique)

Numéro de février 2017, pages 22 et 23, en kiosque
Par Dominique Vidal

Cisjordanie, de la colonisation à l’annexion

En quelques jours, le premier ministre israélien a annoncé la mise en chantier de plus de trois mille nouveaux logements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie — plus que durant toute l’année 2016. Cette surenchère n’empêche pas M. Benyamin Netanyahou d’être débordé sur sa droite par son concurrent Naftali Bennett, qui se prononce pour l’annexion des territoires palestiniens occupés.

«La seule chose prévisible chez [Donald] Trump, c’est qu’il sera imprévisible.  » Globalement pertinente, cette réflexion de Noam Chomsky l’est moins s’agissant du Proche-Orient. Trois prises de position du candidat républicain balisent sa politique présidentielle face au conflit israélo-palestinien : l’engagement de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem ; le refus de considérer la colonisation des territoires occupés depuis 1967 comme un obstacle au processus de paix ; la décision de ne plus faire pression sur le gouvernement israélien afin qu’il négocie. Deux nominations apparaissent au moins aussi significatives : celle du gendre du président, M. Jared Kushner, qui soutient financièrement les colons, à la fonction de « haut conseiller à la Maison Blanche » ; et celle, au poste d’ambassadeur en Israël, de M. David Friedman, qui préside les Amis de Bet El, une vieille implantation juive de Cisjordanie. Le diplomate improvisé a aussitôt exprimé sa « hâte » de travailler « depuis l’ambassade américaine dans la capitale éternelle d’Israël ».

Les « avant-postes » légalisés ?

Coïncidence ? L’arrivée de cette nouvelle administration se produit alors que l’extrême droite israélienne milite pour un tournant historique de la politique palestinienne de Tel-Aviv : l’annexion de la Cisjordanie. M. Naftali Bennett, dirigeant du parti religieux ultranationaliste Foyer juif, ministre de l’éducation et de la diaspora, prône depuis longtemps l’annexion de la zone C. Celle-ci, placée par les accords d’Oslo sous le contrôle exclusif d’Israël, représente plus de 60 % de la Cisjordanie, notamment la vallée du Jourdain, mais aussi l’ensemble des colonies et de leurs routes de contournement. Le 5 décembre 2016, M. Bennett est passé aux actes : il a fait voter en première lecture par la Knesset un texte légalisant quatre mille logements dans des « avant-postes », ces colonies que même le droit israélien considérait jusqu’ici comme illégales, car construites (...)

Retrouvez cet extrait sur le site du Monde diplomatique.
 




Nouveau commentaire :