Les cahiers de l'Islam


Lundi 29 Avril 2013

Chrétiens d'Orient : au-delà du Printemps arabe

Par Tigrane Yégavian*,



Chrétiens d'Orient : au-delà du Printemps arabe

Titre du livre : Les Chrétiens en Orient. De la compassion à la compréhension.
Auteur : Bernard Heyberger
Éditeur : Payot
Collection : Grand format
Date de publication : 17/04/13
Nombre de pages : 152

Résumé : Une synthèse fort didactique consacrée à l’évolution et aux spécificités propres aux communautés chrétiennes d’Orient.


Quelle est la différence entre syriaques occidentaux et syriaques orientaux ? Pourquoi le siège de l’église assyrienne d’Orient se trouve-t-il aux Etats-Unis ? Pourquoi la plupart des coptes d’Egypte ne se considèrent pas comme une minorité ? En quoi le rapport de chaque Église d’Orient à l’identité arabe diverge ?
Autant de questions dont les réponses sont à trouver dans le dernier ouvrage de Bernard Heyberger, auteur de cette synthèse fort didactique de 150 pages consacrée à l’évolution et les spécificités propres aux communautés chrétiennes d’Orient aussi bien sur le plan démographique, religieux, que social, sociétal et politique.

Spécialiste de l’histoire des chrétiens de Syrie et du Liban, ainsi que des relations islamo-chrétiennes à l’époque ottomane, Bernard Heyberger dirige l’Institut d’étude de l’Islam et des sociétés du monde musulman (ISMM) à l’EHESS et est également directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études (EPHE). La plupart de ses articles comme de ses ouvrages traitent de l’anthropologie historique des chrétiens d’Orient en Islam; on lui doit notamment un excellente ouvrage collectif qu’il a dirigé en 2003 .

Dans son dernier ouvrage, B. Heyberger a volontairement emprunté un style narratif accessible au grand public. Se portant en faux contre la seule image que relaient une pléthore d’ouvrage plus ou moins récents -académiques et journalistiques – faisant la part belle aux violences et aux discriminations ciblant les chrétiens d’Orient, l’auteur ne se veut pas chroniqueur de leur mort annoncée. Aussi a-t-il pris pour poncif une approche pédagogique qui puisse englober à la fois l’histoire et la complexité du quotidien de ces Églises d’Orient qui ont quasiment l’âge du Christ.

Dans un premier temps, l’auteur démontre les fortes nuances entre les dynamismes et les transitions démographiques propres aux chrétiens et aux musulmans avant de poser un regard lucide sur les énormes difficultés dont font face les chrétiens d’Orient à l’heure des révoltes arabes (discriminations et violences en Egypte, attentats en enlèvements en Irak, plus récemment en Syrie…), mais s’attache avant tout à inscrire les événements récents dans une perspective du temps long et le contexte politique global.
Fruit des séminaires nourris d’échanges fructueux à l’EPHE, ce livre propose de comprendre le fait chrétien d’Orient comme une clé de compréhension pour penser les relations entre l’Occident et le Proche-Orient ; une façon de tordre le coup aux thèses huntigtoniennes du choc des civilisations. B. Heyberger entend ici mettre en exergue l’enracinement millénaire des chrétiens dans le terreau proche et moyen-oriental (coptes d’Egypte descendants des pharaons, assyro-chaldéens et maronites se réclamant respectivement d’une filiation historique avec les civilisations assyriennes et phéniciennes d’antan), tout en précisant ce qui fait leur spécificité vis-à-vis de leurs coreligionnaires d’Occident. Reprenant les écrits de Jean Corbon , l’auteur différencie l’expérience radicalement différente en fonction du quadrillage du territoire : là où les paroisses de l’ère carolingienne construisent un découpage civil et ecclésiastique sur le long terme, en Orient chaque église est partout ou presque, mais aucune n’a de lieu d’implantation ; signe fort de leur fragmentation mais aussi de leur soumission à des pouvoirs extérieurs (byzantins, puis ottomans, sassanides…).

Autre constat, celui d’une tendance amorcée par l’islamisation galopante des sociétés arabes qui durant ces dernières décennies a entraîné l’uniformisation des comportements dans l’espace public au nom des normes islamiques fondamentalistes, excluant ainsi les chrétiens de la communauté des croyants (l’Oumma). Pour autant, B. Heyberger nous montre que si la montée de l’islamisme politique inquiète les chrétiens, leur émigration est davantage le résultat d’une dégradation des conditions de la vie quotidienne. Les réseaux transnationaux chrétiens à cheval entre les mondes d’Orient et d’Occident expliquent en quoi proportionnellement l’émigration des classes moyennes chrétiennes de la région se fait plus ressentir sur le niveau d’éducation et les ressources économiques et culturelles de ces communautés demeurées au pays. En cela, ce phénomène n’est pas toujours vécu comme une lourde menace faisant planer la disparition définitive des chrétiens dans la région, B. Heyberger parle de l’existence de ces nouveaux réseaux établis au fil d’une émigration en Occident synonyme d’ascension sociale et culturelle.

On notera également avec un vif intérêt la dimension géopolitique de ces Églises déracinées et qui continuent à se qualifier d’illustres sièges locaux (Antioche, Alexandrie, Ctésiphon, Babylone…). C’est notamment le cas du rôle joué dans l’histoire par la Russie tsariste, l’URSS à l’heure de la guerre froide et l’actuel gouvernement de Vladimir Poutine vis-à-vis des grecs orthodoxes de Syrie, du Liban, de Jordanie et de Palestine. De leur côté, les palestiniens de confession chrétienne ont joué un rôle d’avant-garde dans l’histoire du mouvement nationaliste d’inspiration laïque, avant que l’Église catholique de Terre sainte ne développe une rhétorique farouchement hostile à l’occupation israélienne. De la même façon que l’église copte d’Egypte n’a jamais accepté la signature des accords de paix avec Israël, interdisant à ses fidèles le pèlerinage à Jérusalem, les tentatives du dépassement des clivages confessionnels au nom de l’appartenance commune à la nation arabe ont été remises en question par l’islamisation rampante de ces mêmes sociétés. Aujourd’hui, si le haut clergé chrétien de Syrie et du Liban conserve une position timorée, voire complaisante à l’égard du régime des Assad, l’auteur nuance cette adhésion officielle par l’émergence d’une société civile chrétienne en voie de sécularisation.

D’autre part la perte profonde causée par la disparition des communautés profondément enracinées dans leurs terres ancestrales, à l’image des Assyro chaldéens de Turquie mais aussi d’Irak, d’autres communautés chrétiennes, cette fois-ci issues de l’immigration économique fleurissent. C’est le cas des 150 000 travailleurs philippins, russes, roumains, subsahariens, établis en Israël ; et surtout des 3 millions de chrétiens qui habitent dans les pays du Golfe dont un million pour la seule Arabie saoudite (4% de la population). Loin de présenter un cadre idyllique (restriction aux libertés de culte en Arabie saoudite, difficile encadrement institutionnel…), ces nouvelles dynamiques démographiques méritent toutefois d’être prises en compte par ceux qui prônent une extinction des chrétiens d’Orient.
Au terme de cette réflexion, l’auteur se veut rassurant. Les chrétiens ont selon lui connu diverses phases, de diminution, de rebonds, de déplacements, d’exils suivies de nouvelles fixations. De sorte qu’il lance un plaidoyer pour une nouvelle citoyenneté pleine et entière, seul moyen selon lui de se débarrasser du statut de "protégé", hérité de la conquête musulmane et institutionnalisé par le système millet, à l’époque de l’occupation ottomane.

Prenant en compte l'absence d'un Etat arabe moderne et profondément sécularisé, l'auteur voit comme un lien de continuité entre les dictateurs Assad et Saddam Hussein et les califes d’hier, tous deux protecteurs de chrétiens. En cela et à l’aune des bouleversements politiques en cours dans les pays arabe l’auteur perçoit trois perspectives pour le futur :

- une démocratie fondée sur la liberté des individus, parallèle au maintien d’une identité chrétienne spécifique ;
- le prolongement du système ottoman millet, dans le cadre d’un Etat islamique régi par le principe de la charia ;
- une guerre civile ou le chaos parachèvera la présence des chrétiens victimes de prises d’otages et des stratégies politico-mafieuses dont les tenants et les aboutissants leur échapperaient (scenarios syrien et irakien).

Pour qu’une solution sur le long terme puisse voir le jour, l’auteur plaide pour un dépassement des notions de "majorité" et "minorité" qui à ses yeux ne font plus sens. De fait, il a de bonnes raisons de parier sur les nouveaux modes de communication et de religiosité issues de la mondialisation, la mise en place d’une nouvelle génération au sein du leadership chrétien, accompagné de nouvelles structures adaptées à la gestion du pluralisme religieux et ethnique. Mais c’est oublier quelque part que le temps ne joue pas en faveur des communautés chrétiennes autochtones d’Irak de Syrie et de Palestine, aujourd’hui confrontée à un défi sans précédent dans leur histoire.

En parténariat avec http://www.nonfiction.fr


*Tigrane Yégavian est titulaire d’un Master en politique comparée spécialité Monde Musulman de l’IEP de Paris et d’une licence d’arabe à l’INALCO.
Apres avoir étudié la question turkmène en Irak, les relations turco-irakiennes et la question des minorités en Syrie et au Liban, il s’est tourné vers le journalisme spécialisé sur le Moyen-Orient. Il collabore notamment pour le compte des revues Moyen-Orient, Carto ainsi qu’au mensuel France-Arménie. En 2009 il a publié un recueil de poésie, Insolations paru aux éditions du Cercle des écrits caucasiens.
Chrétiens d'Orient : au-delà du Printemps arabe




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 3 Novembre 2014 - 22:40 La Tunisie après les élections