Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Vendredi 13 Octobre 2017

Ces Réunionnais indiens que l'on appelle "Zarabes" (2eme Partie)



C'est à partir du milieu du XIXe siècle que des Indiens originaires de l'État du Gujarat, au nord-ouest de l'Inde, sont arrivés à La Réunion. En raison de leur pratique de l'islam, on les appelle les "zarabes". Arrivés soit par l'île Maurice, soit par Madagascar, ils ont longtemps tenu des petits commerces et sont restés à La Réunion malgré les discriminations auxquelles ils étaient confrontés. Pleinement Français depuis la départementalisation de La Réunion en 1946, ils ne revendiquent aucune autre appartenance et sont très fortement attachés à leur île.
Par Marie-France Mourrégot
Docteur en anthropologie sociale et historique , EHESS, Paris

Cette article a déjà fait l'objet d'une publication dans la revue Hommes et Migrations, n°1275, Septembre octobre 2008. Minorités et migrations en Bulgarie. pp. 138-148  sous licence Creative Commons (BY NC SA). 

 Voir la première partie de l'article ici

Une insertion difficile

Mosquée Chiite de la réunion
Mosquée Chiite de la réunion
Le succès des Zarabes leur a attiré l'inimitié des Créoles, installés avant eux et dont ils ont peu à peu grignoté le territoire. Les Gujaratis, hôtes de la République française, savaient que tout manquement à ses règles pouvait conduire à une expulsion, aussi avaient-ils à coeur de ne pas contrevenir à ses lois. Leur insertion n'a pas été facile. Des mesures discriminatoires ont été prises à certaines époques. La situation s'est envenimée au début de la Première Guerre mondiale. En raison de leur appartenance religieuse, les Zarabes sont accusés de se ranger aux côtés de la Turquie, donc de l'Allemagne. Une certaine presse se déchaîne contre eux. Pour la première fois, les Indo-Musulmans ont peur et demandent la protection du Consul britannique. Mais ils restent là, font le dos rond en attendant des jours meilleurs.
Pendant cette période, l'immigration est au point mort. Il faudra attendre la fin de la guerre pour que de nouveaux arrivants viennent grossir la communauté.
Dans les années trente, la conjoncture économique n'est pas bonne car l'agriculture locale subit une grave crise. C'est le moment de jeter l'anathème sur les étrangers qui "prennent le pain des Créoles". Une presse xénophobe reparle du "péril asiatique". La crise économique entraîne de nombreuses faillites de commerçants et un nombre significatif de retours en Inde. Certains hommes choisissent d'envoyer femme et enfants au Gujarat, le temps de redresser la barre.
C'est la Seconde Guerre mondiale qui va faire des Gujaratis des Réunionnais. Ils vont mettre toute leur intelligence des situations au service de leurs compatriotes. Coupés du monde par le blocus imposé par la Grande-Bretagne à la France, les Réunionnais vont survivre ensemble grâce à leur ingéniosité, en particulier celle des musulmans.

Les Zarabes deviennent des notables

La départementalisation votée en 1946 et mise en place au cours des années suivantes marque la fin des réseaux commerciaux des Zarabes, mais elle déclenche une brusque évolution de la place qu'ils occupent sur l'échiquier économique local et donc dans la société réunionnaise. Ils se font importateurs-grossistes de tous les biens d'équipement dont les Réunionnais vont avoir besoin ou envie et qu'ils pourront désormais s'offrir grâce aux transferts financiers venus de métropole. Les Zarabes font fortune et certains deviennent des notables, intégrant des clubs fermés où ils se font des relations. Ils investissent massivement dans la pierre et possèdent désormais un patrimoine immobilier très important qui leur assure des revenus conséquents et les met à l'abri des aléas commerciaux.
La démocratisation des voyages dans les années soixante-dix et quatre-vingt est un mauvais coup pour le commerce de détail où les Zarabes sont nombreux. Les clients voudront trouver sur place ce qui se fait ailleurs et iront dépenser leur argent ailleurs qu'à La Réunion, en particulier à Maurice. L'âge d'or du petit commerce qui faisait vivre toute une famille est terminé. Les affaires seront désormais de moins en moins faciles. . . C'est pourquoi les Zarabes, qui ont toujours mis leurs fils derrière le comptoir, les encouragent à faire des études.
En 1988, l'arrivée d'Euromarché, la première grande surface, suivie d'autres grandes enseignes au cours de la décennie quatre-vingt-dix, bouleverse encore une fois la donne. Les hypermarchés apportent des habitudes de consommation totalement inconnues des Réunionnais. Pragmatiques, les Zarabes changent leur fusil d'épaule, multiplient leurs points de vente et s'engouffrent dans de nouvelles niches commerciales, celles des grandes surfaces spécialisées et des franchises métropolitaines. Au début du XXIe siècle, certains gros commerçants vendront leur affaire pour se lancer dans des projets immobiliers et dans l'hôtellerie.

Intégration à la société réunionnaise

Ces Réunionnais indiens que l'on appelle "Zarabes" (2eme Partie)
Elle s'est faite par la langue, l'école, le service militaire et le sport. Pour tout émigré, la langue du pays d'origine est un facteur d'identification très fort. Les commerçants chinois ont gardé l'usage de leur langue maternelle et voulu la transmettre à leurs enfants. Les musulmans chiites nés à Madagascar continuent à parler le gujarati. Comment expliquer que les Gujaratis sunnites, à quelques exceptions près, en aient perdu l'usage et que la langue n'ait jamais été enseignée dans les écoles coraniques ?
Les sunnites, en effet, se sont très rapidement initiés au créole, condition sine qua non de leur insertion commerciale. Avant de devenir employé de commerce, le jeune commis devait impérativement apprendre le vocabulaire indispensable. C'était aussi la première manière d'acquérir du pouvoir. Leur union avec des femmes du pays les y a aidés. Mais cette volonté d'acquérir le langage des autres témoignait aussi de leur volonté d'intégration au monde dans lequel ils avaient choisi de vivre. Avoir une langue commune témoigne d'une appartenance commune. Les Gujaratis ont fait du créole réunionnais leur langue maternelle. Lorsque les enfants sont allés à l'école, ils ont appris le français, langue de la domination historique blanche qui symbolisait l'écart entre le mode de vie de la minorité dirigeante blanche et la masse de la population. Ceux qui savaient s'exprimer en français jouissaient d'un prestige incontestable. Ils n'étaient pas nombreux chez les Zarabes, car réussir à intégrer un lycée lorsqu'on était un enfant de couleur était très difficile. Certaines familles envoyaient leurs enfants dans les écoles des soeurs. C'est la départementalisation qui permettra à chacun, quelle que soit son origine, de s'instruire. Mais si être assis sur les mêmes bancs d'école créait des liens entre les enfants, les petits musulmans n'étaient pas pour autant accueillis dans les familles blanches. On restait entre soi.
En 1897 a été votée une loi permettant l'attribution de la nationalité française aux enfants d'immigrés, et le premier Indo-Musulman naturalisé français l'a été en 1914. Tous ceux qui sont français, étant soumis à la conscription, doivent effectuer leur service militaire. Ce sera pour ces Réunionnais de culture indienne et musulmane l'occasion de se fondre quelque temps dans le creuset culturel français. En 1967, 80 % des 3 815 Indo-Musulmans de La Réunion sont français. Dès qu'ils en ont eu la possibilité, ils ont opté pour la nationalité française qui les protégeait d'une expulsion, toujours redoutée, et qui les mettait à égalité de droits - mais aussi de devoirs - avec les Français de "souche".
Si les jeunes musulmans ont créé leurs propres équipes de football, ils se retrouvaient avec des camarades non musulmans sur d'autres terrains, et certains garderont longtemps les amitiés qui y sont nées.
Dès le début du XXe siècle, les immigrés se sont ancrés dans la société réunionnaise par des actions philanthropiques, individuelles d'abord, puis collectives, par le biais des associations qu'ils ont créées.

Les Indo-Musulmans et la politique

Etre intégré, c'est se sentir concerné par l'avenir du pays où l'on vit. Les politiques se sont très vite intéressés à ces étrangers qui n'étaient pas nombreux, qui ne disposaient pas de bulletins de vote mais qui avaient de l'argent. Les musulmans ont obtenu des autorisations administratives en échange de leur aide matérielle dans des campagnes électorales. Cent cinquante ans plus tard, comment leur poids financier n'attirerait-il pas la sympathie des candidats politiques ? Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les musulmans font partie des conseils municipaux et se voient confier d'importantes responsabilités au sein des collectivités locales et de certaines instances nationales. La loi de décentralisation votée en 1982 a augmenté le pouvoir des élus locaux, les hommes d'affaires musulmans savent que rien ne peut se faire si on n'a pas les élus avec soi. Ce ne sont pas les commerçants mais les fonctionnaires de l'Etat, instituteurs, membres des professions libérales, etc. , qui se lancent dans le combat ; les commerçants, eux, n'ont pas le temps, mais ils ont l'argent. Tout s'arrange donc. Il n'existe pas de parti musulman à La Réunion, ni de vote musulman, comme on peut l'observer à l'île Maurice ou en Grande-Bretagne. Ici, chacun se détermine en fonction de ses affinités ou de ses intérêts. On trouve des candidats zarabes sur les listes de droite comme sur celles de gauche. Alors que les Chinois et les Indiens malbars ont déjà eu un député issu de leurs communautés pour représenter La Réunion à l'Assemblée nationale, en 2008, aucun Zarabe ne s'est encore assis dans l'hémicycle.

L'islam à La Réunion

A La Réunion, terre de croyances et d'appartenances plurielles, le patrimoine religieux, signe visible d'une appropriation des lieux par les déracinés transplantés, marque la différence et témoigne d'une identité distincte. Sur une terre marquée par la colonisation triomphante du sceau du catholicisme, où les églises, les processions, les pèlerinages, les calvaires et oratoires rappellent en permanence l'appartenance religieuse du plus grand nombre, les temples hindous, les pagodes et les mosquées font partie du paysage. Au temps de l'esclavage et de l'engagisme, des musulmans ont fait partie des cargaisons que les navires déversaient sur les rivages de l'île, du côté de la Grande Chaloupe, à l'ouest de Saint-Denis, mais leur condition servile les empêchant de pratiquer leur culte, ils se sont perdus dans l'environnement hindou des plantations de cannes à sucre.
Ceux qui ont imposé et structuré l'islam à La Réunion, ce sont les Gujaratis sunnites, qu'aucun agent recruteur n'est allé chercher en Inde et qui ont choisi de vivre et de mourir à La Réunion. En exil, ils ont réussi à conserver les pratiques religieuses transmises par leurs parents, qu'ils tiennent par-dessus tout à transmettre à leurs enfants. On n'organise pas un culte dans l'ombre, la grande diversité des croyances sur cette île arc-en-ciel ne l'imposait d'ailleurs pas. Ils ont créé des institutions religieuses qui, distribuant des rôles, des tâches créant des obligations, ont construit leur communauté.
Vouloir posséder des lieux de culte est une longue tradition des groupes d'hommes transplantés ; la perpétuation des rites est un facteur d'identification identitaire majeur ; même ceux qui ne sont pas des fidèles assidus participent aux cérémonies des grands jours : " La répétition des gestes religieux devient pour l'homme transplanté plus vitale que leur signification théologique. La religion devient mémoire d'un peuple." [1]

Un islam de France un siècle avant la métropole

En 1897, les Gujaratis n'étaient que 204 dans la colonie lorsqu'ils ont sollicité du Gouverneur l'autorisation d'élever une mosquée sur un terrain leur appartenant, autorisation obtenue sans difficulté. Le 28 novembre 1905, à l'occasion de la fête qui marque la fin du ramadan, la communauté sunnite de La Réunion inaugurait à Saint-Denis la mosquée Noor-E-Islam, "Lumière de l'islam", qui fut la première mosquée construite en France - hormis les départements d'Algérie. En 2008, chaque ville possède sa mosquée et son école coranique dont les enseignants sont des Réunionnais qui sont allés se former au Gujarat, en Afrique du Sud ou en Angleterre, après leurs cursus d'enseignement général à La Réunion.
Ayant trouvé leurs repères à La Réunion, les Gujaratis ont voulu avoir leurs propres lieux de sépulture afin de pouvoir inhumer leurs morts dans le respect des prescriptions islamiques. C'est en 1915 qu'ils vont disposer, à Saint-Denis, d'un cimetière privé sur un terrain acheté à dessein par un membre de la communauté. Le premier cimetière musulman de l'île était également le premier de France. En 2008, il existe une douzaine de cimetières réservés aux musulmans sunnites. Les chiites possèdent également leurs lieux de culte, leurs lieux d'enseignement et leurs cimetières.
Depuis cent cinquante ans, année après année, les Zarabes consacrent une partie de leurs bénéfices commerciaux à la construction, à l'amélioration d'institutions religieuses qui sont des biens de mainmorte et qu'ils gèrent de manière autonome.
Chaque ville abrite une communauté gérée par une association loi 1901 dont le Président et le Conseil sont élus. Les Réunionnais n'ont eu, jusqu'à ce jour, besoin d'aucun bailleur de fonds étranger et n'attendent de directives de personne. Ils s'enorgueillissent de pratiquer un islam tranquille, modéré, qu'ils veulent donner en exemple aux musulmans de France.
Les descendants des immigrés venus du Gujarat dans la seconde moitié du XIXe siècle et les premières décennies du XXe restent sentimentalement attachés au pays de leurs ancêtres. Ils se retrouvent au sein d'associations d'appartenance à un village, des Anjumans , qui sont en relation avec leurs homologues d'Afrique du Sud, du Canada ou d'Angleterre. Ils aiment retourner au village pendant leurs vacances et y emmener leurs enfants. Une partie de l'aumône annuelle obligatoire, la zakât , est destinée à améliorer ses infrastructures ou ses mosquées et medersa.
Mais, pour les Réunionnais à part entière qu'ils sont, La Réunion est leur pays, son histoire est la leur. C'est le lieu où sont enterrés leurs parents, où ils élèvent leurs enfants et où ils ont leurs intérêts. Ils ne sont nostalgiques d'aucun autre.

________________
[1] . Prudhomme, Claude, Histoire religieuse de La Réunion Karthala, Paris, 1984.



Débat : L'Islam "de la Réunion", modèle dans la république ?  .