Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam
Les cahiers de l'Islam


Samedi 20 Septembre 2014

B. Lewis, Les Assassins. Terrorisme et politique dans l'Islam médiéval

Par Alfred Morabia,



Article extrait de la Revue de l'histoire des religions, tome 202 n°2, 1985. pp. 198-199. Sous licence creative commons.

B. Lewis, Les Assassins. Terrorisme et politique dans l'Islam médiéval

Bernard Lewis, Les Assassins. Terrorisme et politique dans Vislám médiéval, traduit de l'anglais par A. Pélissier, présentation de M. Rodinson, Paris, Berger-Levrault, 19S2, 21,5 cm, 211 p. (« Stratégies »).

B. Lewis, un des grands noms de l'islamologie anglo- saxonne, nous livre ici une étude sur la célèbre secte des Hach- châchîn/« Assassins » qui a défrayé la chronique au XIIe et XIIIе siècles. L'on sait combien le thème du « terrorisme » comme procédé politique est actuel, notamment en terre d'Islam. Ce qui ne peut qu'ajouter à l'intérêt de ce travail. L'auteur, historien intègre, a eu le mérite de ne pas céder à la facile tentation du « clin d'œil » au lecteur. Le préfacier, M. Rodinson, se montre fidèle à sa réputation : le propos est dense, éclairant, passionné. Nous avons là une réflexion stimulante — et qui n'est pas toujours en accord avec celle de l'А. — sur l'articulation de l'idéologie islamique, de la structure politique de l’état, et du contexte social et historique, à l'époque où œuvrèrent les célèbres « fidâ'îs » iraniens puis syriens. Et le préfacier insiste, à juste titre, sur la spécificité historique de l'Islam, lequel lia structurellement, dès sa genèse, problèmes théologiques et problèmes politiques. D'où la lancinante persistance d'un idéal irréalisé, d'une quête de salut par le retour activiste à la véritable Foi. D'où la constante agitation millénariste et rédemptrice et la surenchère dans ce domaine toujours fécond. D'où la tentation de l'assassinat politique comme ultime recours en face d'une force supérieure, dont l'insolent succès est une insulte, un démenti, aux certitudes religieuses.
En six chapitres intitulés « Découverte des Assassins », « Les Ismaéliens », « La Nouvelle Prédication », « La Mission en Perse », « Le Vieux de la Montagne », « Fins et Moyens », l'A. nous présente un tableau bien illustré de l'évolution du Chî'isnie ismaélite et de ses tendances extrémistes, de l'apparition du schisme nizârite — un parmi les dizaines qui éclorent dans l'Islam médiéval — lequel devait déboucher sur les Hachchâchîn, de la formation et la personnalité de Hasan-i Sabbâh, des causes de l'audience que sut recueillir ce mouvement, à une époque où nombre de Fidèles « avaient perdu confiance dans les réponses traditionnelles de l'Islam, et ressentaient un besoin urgent d'en trouver de nouvelles » (p. 65), des conflits internes qu'entraîna son inscription dans la vie politique et sociale de son temps, des rivalités et contradictions personnelles qui marquèrent cette époque, des causes du déclin progressif du mouvement centré à Alamout, une fois qu'il eut perdu son élan révolutionnaire initial, et qu'il se fut institutionnalisé, du renouveau qu'il connut, provisoirement, en Syrie avec Sinân b. Salmân, le « Vieux de la Montagne » rendu célèbre par les chroniques franques, et de la disparition des « Assassins » sous les coups conjugués des Mongols et des Mamlouks. Sachons aussi gré à B. L. d'avoir introduit son étude par une vingtaine de pages consacrées à l'image que l'Occident de la Croisade et des siècles postérieurs s'est faite des « Assassins » et du « Vieux de la Montagne », et de la difficulté qu'il éprouva à comprendre « de l'extérieur » la complexité d'une organisation à multiples facettes. Bien souvent se reflétèrent les fantasmes ou les options personnelles des auteurs, dans leur entreprise pour expliciter cette forme nouvelle de terreur politique, qui devait faire école. Après avoir réfléchi sur l'histoire des Hachchâchîn, l' A. nous soumet quatre observations : cette organisation puissamment structurée constitua une grave menace pour l'ordre établi. Elle s'inscrivit dans une longue série de mouvements messianiques à la fois populaires et obscurs, et sut canaliser les mécontentements vers une idéologie et une discipline cohérentes. Pourtant son échec fut total, même si ses méthodes et ses idéaux n'ont cessé d'innerver une certaine sensibilité musulmane. Un livre profond qui nous montre comment une série de déceptions et d'espérances trahies allait conduire à l' « assassinat » comme institution politique. Un livre pourtant très aisé à lire, y compris par les non-spécialistes. Un livre, enfin, actuel par la problématique qu'il pose.




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Octobre 2017 - 23:33 Le retour du califat